27 février, journée des "hommes polis"

 
Actualités
27 février
23:05

27 février, journée des "hommes polis"

Dans les célébrations militaires russes, la journée du 27 février doit être la plus récente. Créée par décret présidentiel le 26 février 2015 elle est consacrée aux forces spéciales russes dont l'évolution de la guerre moderne (conflits asymétriques, terrorisme...) les a amené à intervenir de façon de façon de plus en plus importante et fréquente depuis les guerres de Tchéchénie qui ont été le déclencheur d'une réforme et modernisation très importantes de leurs unités.

Comme dans les autres armées, les forces spéciales russes vivent ce paradoxe d'être parmi les unités les plus médiatisées et populaires, tout en étant affectées à des missions discrètes voire secrètes.

Depuis les "rats du désert" du SAS de David Stirling pendant la 2ème guerre mondiale, jusqu'aux dernières unités antiterroristes high tech, ces "soldats de l'ombre" sont considérés comme l'élite du soldat.

Sous l'URSS, les forces spéciales étaient dispersées dans les différents commandement militaires, mais les conflits nouveaux exigèrent rapidement une réforme matérielle, tactique et structurelle de ces unités de choc.

Un long processus va commencer au cours duquel le commandant en chef des armées russes,;le général Makarov va ordonner un étude minutieuse des forces spéciales étasuniennes, françaises, allemandes et chinoises considérées comme les plus performantes.

C'est ainsi par exemple que la norme d'un commandement unique dédié exclusivement à ces unités d'interventions rapides et polyvalentes va aussi être créé en Russie.

En 2000 le Bureau des opérations spéciales russe a été créé, subordonné directement à l'état-major général des forces armées de la Fédération de Russie. Il est né du retex tchétchéne ou les forces spéciales russes ont payé un prix trop élevé, pendant la 1ère guerre notamment. En 2012, le bureau est transformé en Commandement des forces d'opérations spéciales). En 2013, la création des Forces d'Opérations Spéciales de Russie a été officiellement annoncée.

Sous l'impulsion du Général Choigou, le nouveau Commandant des forces armées russes, le colonel Oleg Martianov, officier aguerri du renseignement militaire et premier Chef des MTR va achever leur organisation.

Un organigramme articulé autour de la chaîne du renseignement dont les ressources sont à la portée des plus petits échelons. Des unités composées de spécialistes hyperentraînés et dotés des meilleurs équipements. Des compositions changeantes et protéiformes s'adaptant à chaque situarion et terrain donnés. Une chaîne de commandement simplifiée et directe privilégiant la rapidité de communicatio et réaction.

Succédant au colonel Martianov, le Major Général Alexey G. Dyumin qui est issu des forces de sécurité fédérales va engager les forces spéciales russes au grand jour, comme en Crimée ou elles sont déployées dans l'espace public d'une péninsule en ébullition suite au coup d'Etat du Maïdan.

Les nouvelles forces spéciales russes entrent dans l'Histoire visible au moment de la réunification référendaire de la Crimée à la RUSSIE réalisée en mars 2014. Pour sécuriser le processus électoral et l'espace public menacés par les paramilitaires nationalistes ukrainiens, des unités spécialisées vont renforcer la flotte de la mer noire de Sébastopol déjà mise en alerte.

C'est justement dans la nuit du 27 Février, que sont apparus autourcdu bâtiment du conseil régional des soldats singuliers cagoulés et sans insignes. Mais c'est sans nul doute leur comportement discret et courtois dénotant avec la tension anti-maidan qui a le plus marqué les esprits et rassuré les habitants de la péninsule russe. 
Un ouvrier réveillé cette nuit là dans le batiment des services par ces étranges soldats a déclaré aux journalistes qui lui demandaient des demandaient des détails qu'ils s'étaient montrés aimables et respectueux le plus sont comportés très poliment et respectueusement.

"Ce sont des "hommes polis" a t'il conclu.

La légende des hommes polis était née alimentée par de nombreuses anecdotes comme celle de cette petite fille en pleurs qui voit son chat perdu lui revenir dans les bras d'un demandaient détails ses soldats inconnus (un monument relatif a d'ailleurs été érigé a Sebastopol en hommage aux gens polis)

Depuis, les soldats des unités spéciales russes, ces "hommes polis" cagoulés et sans insigne capables d'aider la veuve et l'orphelin aussi bien que "de traquer les terroristes jusque dans les chiottes" agissent sur le sort des crises et des batailles, apparaissant et disparaissant comme des fantômes dont les actions traumatisent les ennemis marquent les esprits, impriment des journaux et écrivent des légendes.

Erwan Castel

Source

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus