75 ans de la bataille de Prokhorovka : la défaite de la Wehrmacht

 
Actualités
12 juillet
10:58

75 ans de la bataille de Prokhorovka : la défaite de la Wehrmacht

Il y a 75 ans, le 12 juillet 1943 l’une des plus grandes batailles de chars de toute l’histoire militaire s’est déroulée sur le champ de Prokhorovka situé à 56 km de Belgorod.

Elle a marqué la dernière tentative de percée allemande au cours de la bataille de Koursk. La contre-offensive soviétique a arrêté l’armada en fer de la Wehrmacht. 1200 chars et canons automoteurs ont participé à la bataille.

« La victoire doit prouver au monde entier que la résistance aux forces allemandes est inutile » a déclaré Hitler dans son ordre offensif. Pourtant, le plan de l’opération Citadelle a complètement échoué, les soldats soviétiques étant prêts à mourir debout. Le commandant Manstein a ordonné de réaliser une profonde percée afin de s’approcher de la station ferroviaire de Prokhorovka. Nous vous proposons d’écouter les propos du directeur scientifique de l’Union russe de l’histoire militaire Mikhaïl Miagkov.

« C’était la dernière tentative hitlérienne de porter un coup fatal et décisif aux forces soviétiques pour changer le déroulement de la guerre. Le deuxième corps blindé dirigé par Paul Hausser s’est distinguée au cours de la bataille. Ce sont les chars SS des divisions Reich, La tête morte, Adolph Hitler comprenant au total environ 500 chars ».

Un plan de contre-offensive a été déclaré par le commandement soviétique. La préparation s’est faite dans les dernières heures du jour et durant toute la nuit. La contre-offensive a été lancée à 8h30 du matin du 12 juillet dans le but d’imposer un combat rapproché aux nazies. Les véhicules de combat perçaient les rangs ennemis et, brûlés dans la contre-offensive allemande continuaient d’éperonner courageusement l’ennemi pour l’arrêter, quel que soit le prix. Un duel violent des chars s’est souvent transformé en mêlée des équipages, poursuit Mkhaïl Miagkov.

« La bataille de Prokhorovka n’a pas duré un seul jour, les actions militaires se poursuivant le 13 et le 14 juillet. Finalement, l’attaque de Koursk par des chars allemands a été stoppée. Les Allemands ne sont pas parvenus à traverser le champ de Prokhorovka. Si l'on fait un bilan d'ensemble de la bataille, on peut dire que les soviétiques ont perdu un nombre énorme de chars – 500 des 800, tandis que leurs ennemis ont subi une perte catastrophique de 300 chars (du total des 400 chars) ».

Ces derniers jours les méthodes modernes de calcul permettent d’obtenir de nouveaux chiffres des pertes de la bataille de Prokhorovka. Au micro le chef scientifique du Centre de l’histoire des guerres et de la géopolitique Oleg Rjevski.

« Il y avait une tendance de nier l’existence même de la bataille de Prokhorovka ou de réduire son rôle à un épisode particulier de l’histoire de la Seconde guerre mondiale. Il n’en est pas ainsi aujourd’hui. Son rôle est indéniable dans le déroulement de la bataille de Koursk, et cette dernière marque à son tour la fin du tournant décisif de la Seconde guerre mondiale ».

Quelques mois après la bataille en 1943, a eu lieu la conférence de Téhéran réunissant pour la première fois les leaders de l’URSS, des Etats-Unis et de la Grande Bretagne. L’Ouverture du Deuxième front en Europe a été décidée en mais 1944.

Selon les experts étrangers, le fameux T-34 est le meilleur char du XX siècle grâce à son armure, à sa mobilité et à sa puissance de feu.

Source

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus