Berlin utilise des élèves russes formatés par une prof d'Histoire dont le fils combat sous l'uniforme ukrainien dans le Donbass

 
Actualités
22 novembre
00:49

Berlin utilise des élèves russes formatés par une prof d'Histoire dont le fils combat sous l'uniforme ukrainien dans le Donbass

Ce 19 novembre est le jour traditionnel en Allemagne pour se souvenir des soldats allemands morts durant la Première et la Deuxième Guerre mondiale. Un élève russe a déclaré au Bundestag « des soldats innocents de la Wehrmacht ont été tués ». L'Allemagne a longtemps souffert de ne pas pouvoir célébrer cette date de manière officielle.  Les vétérans allemands se sont réunis de nombreuses années dans des restaurants de manière non officielle. Souvent, ils ont essuyé des refus des restaurateurs. Mais Berlin a la volonté de mettre au même niveau historique les morts russes et les morts des armées du 3ème Reich dont la SS. Berlin réécrit l'Histoire et use de la naïveté d'élèves russes pour pleurer les soldats nazis qui sont tombés dans Stalingrad. Un détail sidérant vient souligner la manœuvre perverse de Berlin - Berlin soutient l'Ukraine contre la Russie et l'OTAN aux frontières russes -... La professeur russe d'Histoire, qui a fait venir des élèves russes au Bundestag pour se souvenir des morts de la Seconde Guerre mondiale – Berlin a invité une délégation ukrainienne, de Biélorussie et de Russie- , a son fils qui combat les Russes sous l'uniforme ukrainien dans le Donbass.  Cette découverte et cette volonté de minimiser le rôle de l'armée allemande en voulant mettre au même niveau les soldats russes et les soldats allemands provoquent un tollé immense sur les réseaux sociaux russes.

Scandale !

Alors que l'Ukraine continue de bombarder les soldats de la DNR et que Berlin a dès le début de l'Euromäidan soutenu Poroschenko, et soutient l'effort de guerre de l'OTAN sur les frontières russes, le Bundestag a invité des élèves du lycée N°1 de la ville de Nowy Urengoi en Russie pour une cérémonie du souvenir des soldats allemands morts durant la Seconde Guerre mondiale dont à Stalingrad. Deux élèves russes, un garçon et une fille, ont lu des textes sur les soldats allemands morts à Stalingrad et dans des camps russes en évoquant la tragédie et en s'apitoyant sur leur sort. Deux élèves allemands ont lu des textes sur des soldats russes et déportés russes dans le Reich. A sa manière Berlin manipule de jeunes russes pour pardonner les massacres de Stalingrad et l'attaque nazie contre la Russie en faisant passer le message que les Russes ont massacré aussi les soldats allemands. Le Bundestag, en ouverture, a parlé de l'attaque de l'Armée Rouge sur les soldats allemands à Stalingrad et non pas de la défense de l'Armée Rouge de Stalingrad... Berlin réécrit l'Histoire et fait passer la Russie comme aussi le méchant à égalité à Hitler au nazisme.

Professeur d'histoire et fils sous l'uniforme ukrainien.

Des internautes russes ont découvert la présence de Alla Yavorskaya, professeur russe d'Histoire du lycée des élèves russes présents au Bundestag. Le fils d'Ella Yavorskaya est soldat sous l'uniforme ukrainien.

Le contenu et la forme de la cérémonie plus la découverte de cette professeur russe qui a son fils qui combat les Russes depuis 2014 provoquent des discussions chaudes et violentes sur le Net russe. Sur la page Facebook (comptes désactivés depuis) de cette enseignante on a pu voir les photos de son fils en soldat ukrainien qui fait l'apologie de la guerre conte les Russes 

 

Еще раз... вот СЫН учительницы истории Эллы Яворской из Гимназии в Новом Уренгое Анатолий Яворский и... его друзья.. под Авдеевкой в составе укровермахта. Есть еще вопросы какую историю там преподает эта мадам? pic.twitter.com/7Ao63EWyIA

— Иван Вайс (@VaisYogan) 20 novembre 2017

Est-ce-que le Bundestag savait que l'enseignante avait son fils sous l'uniforme ukrainien ? un hasard ? ou un accord pervers organisé par Berlin et son Bundestag dans cette cérémonie funeste qui permet de mettre à l'honneur les soldats du 3ème Reich ?

Les élèves russes ont été encadrés par la professeur d'histoire Ella Yavorskaya et par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge – la grande organisation allemande qui s'occupe des tombes de soldats allemands dans le monde.

Le monologue final prononcé par Heinrich Müller sur la renaissance du nazisme dans le film culte soviétique d'espionage "Les 17 moments du printemps", tourné en 1973 et dont les dialogues étaient inspirés des documents d'archives du IIIe Reich prend alors tout son sens.

Olivier Renault

Dernières publications

Articles les plus lus