Bruxelles lance une procédure pénale contre la Pologne !

 
Actualités
21 décembre
01:55

Bruxelles lance une procédure pénale contre la Pologne !

Mercredi 20 décembre 2017 la décision de Bruxelles est tombée : « Il faut entamer une procédure pénale contre la Pologne car la Pologne ne respecte pas la liberté de la justice ! » . Avec la justice, c'est le manque de liberté des média en Pologne qui est aussi accusé par Bruxelles... comme si la justice et les média étaient libres en France ou en Allemagne... Bruxelles montre ce qu'elle est : une dictature ! Et qu'en est-il du soutien de Bruxelles au régime de Kiev qui bombarde les populations civiles dans le Donbass ? C'est une première dans l'Histoire de l'Union européenne. La Commission européenne a activé pour la première fois l'article 7 du contrat européen (on parle de contrat européen en Allemagne -apporte la preuve qu'il n'émane pas du choix des peuples européens- et de traité de Lisbonne  en France). Le paragraphe 7 du contrat européen déroule la procédure de sanctions contre un Etat.

Bruxelles dénonce l'ingérence du PiS. Pour Bruxelles le parti politique patriotique polonais, le PiS, depuis le départ décrit comme un parti nazi par les média de la Lügenpresse (Libération, Ouest-France... ect) dérange. Varsovie avec son gouvernement PiS refuse la politique migratoire imposée par Bruxelles et refuse la mainmise de ses média par des pays étrangers. Le 11 novembre les Polonais, jour de la Fête d’indépendance, ont célébré le jour de la nation à Varsovie dans la joie et la force avec plus de 60 000 manifestants . Cette manifestation patriotique polonaise a déplu à l'ordre européen. Les média de la Lügenpresse montrent une Pologne nazie. Le joker nazi est encore sorti pour faire peur et participer à la désinformation comme contre la Russie avec Bendit qui a aussi lancé sur Europe 1 une attaque contre la Pologne  car sur le sujet de la Pologne, il est question de désinformation sur un pays qui résiste simplement aux volontés destructives de Bruxelles. On se souvient de Bendit, le premier fomenteur d'une révolution de couleur en France en mai 68, qui avait fait du forcing pour refaire voter le traité de Lisbonne pourtant refusé en très grande majorité par le peuple français lors du seul référendum !

Accusations. Bruxelles accuse la Pologne de broyer les valeurs fondamentales définies dans l'article 2 du contrat européen. (J'emploie le mot contrat comme utilisé par les Allemands- EU-Vertrag- car il permet de montrer une aberrance et une signification particulière du traité. Un contrat et non une constitution construite sur le vote des peuples détermine ce que sont les valeurs fondamentales...) . Comment un traité européen peut évoquer la démocratie dans un article quand les peuples européens ont eu l'interdiction d'effectuer des élections libres par référendum sur l'existence de ce traité ? L'article 2 dit, « L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes ».

La procédure pénale à l'encontre de la Pologne par Bruxelles est une farce. En France les Français qui s'expriment contre la politique de Bruxelles sur les migrants sont censurés, menacés. Lors des dernières élections à la présidence française tous les média de France ont fait la promotion de Macron et le célébrant vainqueur 10 jours avant les résultats de l'élection. La célèbre affaire du mur des cons dans le milieu de la justice prouve la dépendance de la justice en France au pouvoir politique ! En Allemagne aussi les Allemands qui s'opposent à la politique de Bruxelles sont menacés, censurés. L'Allemagne retire les enfants aux parents sous un seul soupçon. La fabrique de recyclage de cadavre continue de travailler et de faire la promotion de son activité depuis la réalisation d'un musée de l'homme avec des corps dépiautés, découpés et plastinés. Là, Bruxelles ferme les yeux ! Pourtant l'article 2 du traité europée pour la dignité humaine est clairement violenté.  En outre Merkel a violé le droit européen en faisant rentrer illégalement des millions de migrants en Europe. La justice allemande n'a pas condamné l'action illégale de la chancelière ce qui prouve la dépendance de la justice allemande au pouvoir du politique. Pourtant Bruxelles n'a pas choisi de lancer une procédure pénale contre la France et l'Allemagne mais contre la Pologne blanche, chrétienne ! Bien sûr l'Allemagne et la France soutiennent la décision de Bruxelles comme l'écrit Le Figaro « elle dispose du soutien clair de Paris et Berlin » .

Olivier Renault

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus