The Cost of Freedom: le jeu ukrainien où vous pouvez être un nazi à Auschwitz

 
Actualités
2 novembre
15:11

The Cost of Freedom: le jeu ukrainien où vous pouvez être un nazi à Auschwitz

Puisqu'il est bien connu qu'il n'y a pas de résurgence nazie en Ukraine, voici le nouveau jeu vidéo créé en Ukraine qui vous propose de "jouer" dans le camp d'Auschwitz-Birkenau, soit du côté des prisonniers, soit du côté des gardes et exterminateurs nazis. La Pologne a ouvert une enquête pour apologie du nazisme. 

L'Ukraine ne cessera de nous surprendre. La société ukrainienne de jeux Aliens Games vient de réaliser un jeu The Cost of Freedom - a game about polish death camp. Je vous laisse apprécier toute la finesse de la chose:

Les "joueurs" peuvent choisir dans quel camp "jouer": soit être du côté des victimes, soit des bourreaux nazis. Sachant que dans le camp d'Auschwitz-Birkenau, plus d'1 100 000 hommes, femmes et enfants sont morts, et que 900 000 d'entre eux ont été gazés le jour de leur arrivée, soit les concepteurs nient cette réalité, soit en réalité ils incitent les gens à être bourreaux.

Ce jeu a choqué en Pologne et l'Institut de la mémoire nationale a saisi le Procureur qui a ouvert une enquète. Il est vrai que la situation est ... délicate. Pour l'instant, le jeu n'a pas été mis en vente.

Mais comme il est évident que "le monde libre" ne peut reconnaître une telle infamie de la part de cette Ukraine pro-européenne, certains avancent très sérieusement que ... c'est la Russie qui aurait fait ce jeu ... pour discréditer l'Ukraine. Mais bien sûr, comment cela aurait-il pu être autrement!

Des marches au flambeau la nuit? Ca n'existe pas. Des insignes nazis? De la propagande. Des saluts nazis dans l'armée que Merkel en visite refuse de prononcer? On n'en parle pas. Un jeu vidéo faisant l'apologie du nazisme? Une provocation russe.

Ce n'est pas parce que les pays de l'UE refusent de voir que leur soumission aux intérêts américains a permis d'enfanter un monstre qui détruit la société ukrainienne, que ce monstre n'existera plus. Il finira par se retourner contre ses géniteurs. Comme tous les monstres enfantés dans l'histoire.

Karine Bechet-Golovko
Source

Dernières publications

Articles les plus lus