Emmanuel Letoffe : « Les Bretons dénoncent la politique française contre la Syrie et la Russie et préparent leur future constitution ! »

 
Actualités
25 avril
13:53

Emmanuel Letoffe : « Les Bretons dénoncent la politique française contre la Syrie et la Russie et préparent leur future constitution ! »

Un ex-condamné breton par l'Etat français, toujours militant politique auprès du Parti de Bretagne après les luttes en Bretagne contre l'écotaxe, a contacté notre rédaction pour exprimer son soutien à la Russie et dénoncer la politique française . Emmanuel Letoffe se bat pour sa patrie libre : la Bretagne. Avec les accusations des Bretons contre la politique de Paris envers un Etat souverain comme la Syrie, les attaques de l'OTAN contre le peuple russophone du Donbass ou les menaces de guerre contre la Russie par la France, c'est aussi et tout simplement les accusations du peuple breton contre la France car la Bretagne est un pays libre légalement mais occupé, annexé, par la France. Oui, vous lisez bien, la Bretagne est un territoire annexé par la force par la France !  Les enseignants en Bretagne ne le disent pas aux petits Bretons ! forcément, un fonctionnaire de l'éducation nationale française ne va pas mordre la main qui le nourrit... Dans des entretiens avec l'historien et juriste Louis Melennec pour la Voix de la Russie (le précurseur de Sputnik France)   et pour notre rédaction nous avions déjà obtenu la preuve que la Bretagne est un pays légalement libre dans le cadre du droit international . Louis Melennec (titulaire de trois doctorats, médecine, droit et histoire) et Pierre Lemoine (ancien résistant breton qui fut arrêté par des Ukrainiens nazis sous l'uniforme de la Wehrmacht chez lui en Bretagne avec son père) ont fait, par un travail immense, connaître au monde par « Le Livre Bleu de la Bretagne » la véritable Histoire du pays des Bretons, peuple massacré par la France !  A l'heure où d'autres peuples sont menacés par les actions de la France avec les Etats-Unis nous avons réalisé un entretien avec Emmanuel Letoffe militant du Parti Bretoт qui habite dans la ville de Dinan.

NT21 : Bonjour Emmanuel Letoffe. Pourquoi avoir contacté notre rédaction alors que vivant à Dinan vous avez juste à côté de chez vous les rédactions de Ouest-France, du Télégramme et du Petit Bleu ?

Emmanuel Letoffe : Les médias subventionnés par nos impôts nous laissent que peu d’écoute. La censure est de rigueur, il ne fait pas bon de laisser la parole à des fédéralistes ou indépendantistes comme moi. Quand on voit la censure sur le magazine Breton N°84 (exemplaire que j’ai eu le temps d’acquérir avant son retrait des kiosques) , cela ne fait que conforter l'idée d'étouffer toute pensée par Paris. Nous sommes bien en dictature mais intelligente, le système est verrouillé.

NT21 : Pourquoi militez-vous pour le Parti Breton ?

Emmanuel Letoffe : Je milite pour le Parti Breton, parti de centre droit mais sans vraiment avoir réellement un côté. Lors de la dernière campagne électorale en 2017 nous avions milité pour une Bretagne souveraine lors des élections législatives dans la deuxième circonscription du département, celle de Dinan, sous l’étiquette du Parti Breton. Nous militons pour « un modèle nouveau ». Au cœur de notre programme c'est l'obtention de l’indépendance d’une Bretagne à cinq départements (avec la Loire-Atlantique). Il faut rapprocher les citoyens des centres de décisions. La Bretagne, nation souveraine, doit disposer de son propre parlement, du pouvoir judiciaire et législatif, et d’un budget propre. Notre pays est l’un des rares en Europe à ne pas avoir ratifié la charte de la promotion des langues minoritaires. Il faut défendre le gallo et le breton. 

La France a réduit a néant  la politique bretonne. Elle a été remplacée par des partis francisés. Il nous faut, donc, tout recommencer.

 Indépendamment du parti, à travers l’association KAD, nous avons redonné vie a notre Parlement breton qui, en droit international, est toujours en droit de siéger. Forcément, l’Etat français ne nous reconnaît pas. Nous avons été élus par près de 500 personnes, nous préparons la future constitution ainsi que l’évolution du droit coutumier Breton. C'est très long car une absence de plusieurs siècles ne se règle pas en un jour.

Je tiens à informer du vol du reliquaire d'Anne de Bretagne ce vendredi 13 avril qui se trouvait sous la responsabilité de l’Etat Français. Cela constitue un acte politiquement grave envers la Bretagne. Ce n’est pas la première fois. Cette négligence est pour nous volontaire. Cela arrange la France d’enlever toute culture bretonne.

NT21 : Précisez, c'est quoi le KAD et son rôle ?

Emmanuel Letoffe : KAD est une association. Elle organise les élections des parlementaires, organise sa structure tout en restant en dehors, des décisions, des votes des parlementaires. Elle est presente à l'UNPO par ses représentants.

NT21 : Donc la politique française avec ses guerres contre la Russie, contre la Syrie vous révoltent !

Emmanuel Letoffe :  La ligne politique française sur la guerre montre l’imbécillité de sa diplomatie  moribonde qui est celle d’avoir choisi un camp, celui des menteurs, des lèche-bottes. Le manque de respect vis-à-vis de la diplomatie de la fédération de Russie. Les Bretons en payent les conséquences.

La situation en Syrie est complexe, la France devait combattre le terrorisme de Daesh, pas le régime syrien. Elle joue avec ses alliés les pompiers pyromanes. Nous sommes solidaires du peuple Kurde naturellement mais ce n'est que par la négociation que l’on y arrivera. Aujourd'hui tout est mélangé. On poursuit la diplomatie russe en bouc émissaire comme si elle était responsable de la situation. Le terrorisme existe encore et c'est la seule chose qui doit nous unir.

NT21 : Pourquoi les Bretons paient les conséquences de la politique française de guerre contre la Russie ?

Emmanuel Letoffe : Les conséquences sont dramatiques surtout pour l'emploi car les échanges commerciaux sont menacés et boycottés. Ce ne sont pas les fonctionnaires qui perdent leur emploi. La France utilise des subterfuges pour compenser mais ce n'est qu'avec de l'argent public sous perfusion qui ne règle pas le problème dans le temps. Tout cela sans avoir un mot à dire. L'affaire des porte-hélicoptères Mistral est un exemple de la gabegie française comme si la France était en odeur de sainteté dans la vente d'armes. Hypocrisie !

NT21 : La France n'a pas à donner de leçons à la Russie ?

Emmanuel Letoffe : La Russie n’est, certes, peut être pas une démocratie comme on l’entend en Europe encore que..., chaque pays est différent, mais la France n’a pas de leçons à donner. « Chacun pour soiDieu pour tous ». N’oublions pas que la France est responsable de la mort de milliers de Bretons, que ce soit l'affaire de Conlie sous Gambetta, le génocide chouan, vendéen et breton ou l'invention de la déportation verticale commit sous la Terreur par la portion du peuple. Le Breton paie cher son copinage avec son voisin. Il ne fait pas bon de contester le pouvoir encore maintenant. La justice française en est le gardien, les média ses chiens. Les Bretons s'en souviendront.

Je ne pense pas personnellement que la Russie ait manqué autant de respect vis a vis de la France autant que la France lui en manque.  Le général De Gaule avait dit « Vive le Québec libre, » les Canadiens avait répondu  « occupez vous de vos Bretons ! »

NT21 : Quelle est la position du Parti Breton face à la politique de Bruxelles et de Paris pour les migrants ?

Emmanuel Letoffe :  Nous ne sommes pas favorables à la politique de l’immigration imposée par Paris. Nous devons décider qui accueillir comme au Canada, en Suisse ou aux U.S.A. . J’attends toujours ces soi-disant Syriens fuyant la guerre qui nous ont été vendus dans les média. Rien de tout cela ! Nous ne voyons uniquement que des réfugiés économiques que même la justice française n’est pas capable d’expulser afin d’appliquer la loi française sur l’illégalité de leurs présences. Cette politique d’immigration est inconsciente ! Nous ne pouvons pas nous permettre de déstabiliser un pays déjà en proie au chômage par une population qui vivra sur la dette de ceux qui travaillent.  Contrairement à l’Angleterre, nos migrants n'ont pas l'obligation de trouver un emploi puisque le système les protège.  Ma maison est grande ouverte mais je choisis qui doit y rentrer. N’oublions pas que nous pillons leurs terres et qu’il est nécessaire de revoir ces politiques industrielles de ces multinationales (pétrole, nucléaire, bois, diamants, cacao etc...) avec la complicité des Etats. Si nous produisons là-bas, cela doit être fait dans le respect du territoire et de leurs populations. Mon avis n’engage que moi.

NT21 : La France aide donc plus les migrants qui ne sont d'ailleurs pas des Syriens au profit des Bretons que cela soit dans la politique de l'emploi, du logement et aussi dans l'apprentissage de la langue maternelle car des cours d'arabe sont donnés gratuitement aux migrants aussi sur l'espace du territoire breton  ! Les enfants bretons eux doivent payer pour apprendre la langue de leur pays et il y a peu d'écoles bretonnes ! Comment réagissez-vous ?

Emmanuel Letoffe : C'est un scandale, nos écoles sont peu nombreuses, cela sélectionne ceux qui peuvent y accéder. Cette France qui ne signe pas la Charte européenne des langues régionales parle de tolérance à Bruxelles mais pas chez elle ... Le génocide culturel par la France a fait son œuvre puisqu'il était interdit de parler breton. Il n'y a qu'à voir encore le zèle de cette justice qui interdit l’orthographe des prénoms bretons alors qu'elle l'accepte pour des étrangers. Voilà cette même justice qui préfère juger les conséquences, mais jamais les causes par corruption ! Tout est fait pour éradiquer nos langues. L’exaspération finira par ce qu'on utilise des moyens radicaux demain pour nous faire respecter.

NT21 : Vous vivez à Dinan. La situation sociale à Dinan semble être très mauvaise. En 2014, la ville de Dinan fait partie des 200 zones déclarées d’intérêt national à cause de la grande pauvreté qui y règne chez les familles et chez les enfants   ! A Dinan des hommes, des femmes et des enfants se suicident. La ville a installé des grilles sur le pont de Dinan pour empêcher les pauvres, dont des adolescents, de se suicider en se jetant dans la Rance ! Le Pays de Dinan a le taux le plus fort de suicides en Bretagne après le Pays de Guingamp ! Comment expliquez vous cet état de faits dans cette ville ?

Emmanuel Letoffe :  En Bretagne, notamment Dinan, le taux de suicides chez les individus est énorme. Un facteur dont on parle peu c'est le chômage car c'est très important pour les Bretons qui sont travailleurs et ne se suffisent pas à leur inactivité contrairement à ce qui semble être le cas dans d'autre régions. Et puis ne pas travailler, c'est mal vu. A cela s'ajoute une désertification des transports qui favorise le repli sur soi ainsi que le départ des entreprises. Tout est concentré dans les métropoles ce qui contribue naturellement aussi a la concentration de la pollution. La ruralité depuis Paris, c’est pour les gueux, les ploucs... C'est une fracture qui contribuera à une prochaine révolte en Bretagne mais moins gentille que pour l’écotaxe et les bonnets rouges.

NT21 : Puisque nous parlons de Dinan. Parlez nous donc un peu de la situation politique dans cette ville ? Dinan est une forteresse. Avons-nous toujours un système de princes à Dinan dans la gestion de la vie politique et publique ?

Emmanuel Letoffe : Comme toute les villes en Bretagne et en France il y a un système bien gardé et réservé a une élite et qu'il est difficile d’y accéder et de changer. Le copinage a des conséquences sur l’économie parce qu'avec le temps cela devient figé. Le monde bouge, il faut être réactif et pas s'endormir sur ces lauriers d’où l’intérêt de réduire le nombre de mandats et pourquoi pas non rémunéré. Il y a un potentiel économique sur Dinan avec la Rance, l’aéroport de Pleurtuit mais pour aller en Angleterre, il faut passer par Paris ou Rennes.

Il y a un sérieux manque d'ambition, nous attendons depuis 30 ans par exemple le dédoublement du viaduc de Chateaubriand, c'est désolant. Et on veut nous réinstaller l’écotaxe ! ce sera « NON » d'autant plus que je connais bien le sujet sur ce mensonge d’état.

NT21 : Vous ne voulez plus passer par la « case  Paris » !

Emmanuel Letoffe :  Passer par la « case Paris » signifie d’être dépendant de l’aval ou non, au bon vouloir « des éminences » parisiennes. La Bretagne a 5 départements avec un PIB de plus de 120 000 000 milliards d’euros. Malgré cela, le budget de la région Bretagne est de 1.5 milliard ce qui est l’équivalent du budget de la ville de Rennes ! Autant dire que cela est dérisoire. Plus de 80% de nos impôts partent à Paris ! Il faut faire l’aumône pour obtenir des subventions ! Le pouvoir régional n’est qu’une illusion puisque sans financement pas de projets. Depuis Napoleon la France n'a plus de regard sur la mer, les Bretons en font les frais de ses errements compte tenu de notre position géographique. Je négocie avec ma famille mes amis, mon patron mais certainement pas avec un Etat qui nous appauvrit. Tout est décidé à Paris. Nous finançons, donc « Versailles » et les seules choses que Paris décentralise c’est sa délinquance et ses dettes !

NT21 : En contactant notre rédaction russe située dans la zone de guerre du Donbass, c'est un acte symbolique de votre part !

Emmanuel Letoffe : La politique de va-t-en-guerre  de la France, qui a déjà du mal à se faire respecter sur son propre territoire, n'amène rien de bon. Cette politique française entraîne des dommages collatéraux comme pour l'affaire des « Mistral » envers la Russie.

Ce manque de respect est navrant. C'est pour cela que nous tenons a réaffirmer notre neutralité et l'importance du dialogue et donc à signifier au monde la distance du peuple breton envers la politique meurtrière de la France et de ses ingérences d’où notre souhait de traiter directement avec nos partenaires étrangers .

Le droit à l’autodétermination des peuples doit être respecté.

Propos recueillis par Olivier Renault

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à la rédaction.

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus