Encore un crime odieux : volontaire russe tué dans une prison ukrainienne

 
Actualités
3 janvier
22:45

Encore un crime odieux : volontaire russe tué dans une prison ukrainienne

Dans la prison ukrainienne de la ville de Drogobytch (région de Lvov), le 9 décembre 2018, est mort suite aux tortures de ses gardiens, Valery Ivanov, un milicien du Donbass. Ce volontaire russe de la région d'Arkhangelsk s'est battu sur le front de Lugansk, où il a été capturé le 2 août 2015, torturé par le SBU avant d'être jugé et condamné par un tribunal ukrainien  à 12 ans de réclusion.

Valery Ivanov subissait régulièrement ainsi que d'autres prisonniers issus des rangs des milices républicaines de Donetsk et Lugansk des mauvais traitements et sévices corporels Battu à nouveau par ses geôliers début décembre, l'homme âgé de 44 ans a été abandonné sans soins dans sa cellule ou il a agonisé jusqu'à sa mort.

Paix à son âme et mémoire éternelle pour son volontaire courageux qui a vécu le pire martyr dans les geôles du régime le plus honteux que l'Europe ait porté depuis longtemps.

Quelques jours après sa capture en août 2015, un officier du SBU, au cours d'un interrogatoire, dont des extraits seront publiés, insiste pour faire dire à Valery Ivanov que le régime de Kiev n'est pas fasciste. Sa mort sous la torture reste la réponse la plus cinglante et dramatique que l'on puisse faire à son interrogateur/propagandiste.

Le 28 décembre 2018, un adieu au martyr du Donbass a eu lieu à Severodvinsk, sa ville natale dans la région d'Arkhangelsk. avec le volontaire Valery Ivanov, tué dans la colonie de Lviv, après un combat mené par la famille, les diplomates russes contre l'adiministration ukrainienne qui pendant plus de 2 semaines refusaient de rendre le corps du torturé à sa famille. pour que son corps puisse être rapatrié en Russie. Finalement, ce sont Olga Kulygina et Maria Kolda du Syndicat des Volontaires du Donbass ont reçu l'autorisation de récupérer et escorter la dépouille de Valery Ivanov. 

Au cours du service funèbre réalisé en présence de sa famille, ses amis, des membres du syndicat des volontaires du Donbass, de Cosaques et d’anciens camarades de la République de Lugansk de nombreux citoyens de Severodvinsk sont venus faire leurs adieux à l'enfant du pays. 

Au cours de la cérémonie, Vladislav Dineg, représentant autorisé de la République Populaire de Donetsk au sein du groupe de contact de Minsk, a décerné à Valery Ivanov l'Ordre de la Vaillance à titre posthume. Les honneurs militaires ont été rendus lors de l'inhumation du volontaire.
 

Il y a aujourd'hui environ 500 miliciens prisonniers dans les prisons ukrainiennes (dont plusieurs dizaines de volontaires russes) dont on est sans nouvelle d'un grand nombre d'entre eux auxquels il faut rajouter selon le CICR 566 personnes disparues et selon Kiev environ 1000 corps en attente d'identification (ukrainiens ou républicains) 

Ce nouveau crime odieux perpétré par les autorités de Kiev met la lumière sur les conditions de détention en vigueur dans les prisons ukrainiennes et qui ont fait l'objet de plusieurs rapport des organisations humanitaires internationales, CICR, Human right Watch ou par exemple l'ONG "Ukraine Without Torture" qui a rendu en février 2018 un rapport alarmant sur les mauvais traitements subis par les prisonniers en Ukraine. 
Ces violations flagrantes des droits de l'Homme par le régime ukrainien visent particulièrement les "pro-russes" contre lesquels une guerre a été engagée depuis le Maïdan. 

Miliciens capturés sur le front du Donbass, manifestants du mouvement anti-Maïdan dont certains sont en prison depuis 2014, journalistes etc... tous emprisonnés, parfois dans des prisons secrètes, et sans pouvoir bénéficier des statuts de "prisonnier politique" ou "prisonnier de guerre" qui placerait leurs conditions de détention sous la surveillance stricte d'organismes chargés de faire respecter les conventions internationales qui les définissent.

Evidemment, tant les procureurs des tribunaux ukrainiens qui expédient rapidement les enquêtes que les médias occidentaux qui ferment les yeux sur ces crimes répétés d'u régime de Kiev que leurs gouvernements soutiennent inconditionnellement, les violations graves des droits de l'Homme commises par les forces policières, militaires ou paramilitaires ukrainiennes sont honteusement couvertes par l'opinion autoproclamée "internationale".

L'assassinat de Valery Ivanov ainsi que ceux de ses camarades disparus depuis 5 ans ne doivent pas restés impunis.

Erwan Castel

Source

Dernières publications

Articles les plus lus