L'Allemagne relance les ghettos de masse pour la sélection et la déportation humaine

 
Actualités
10 août
09:36

L'Allemagne relance les ghettos de masse pour la sélection et la déportation humaine

La sélection des individus dans des camps est de nouveau une spécialité dans le pays de Merkel après la remise en place de l'industrie du recyclage des gens. La communauté internationale doit cesser de montrer l'Allemagne comme un modèle sociétal à suivre. Berlin, après avoir importé  par l'emploi d'une communication de crise -''Nous Berlin, nous aidons les migrants''- des millions de migrants depuis 2014, organise la déportation (Abschiebung mot nazi).  Le 1 août 2018 l'Allemagne a lancé officiellement la mise en service de nombreux ghettos dans le pays pour la sélection et la déportation. Oui, des ghettos. Ces ghettos sont des camps fermés pour placer les migrants (Ankerzentren), pour faire la sélection des personnes et des enfants et pas seulement pour renvoyer dans leur pays les migrants illégaux. Berlin, qui a importé de 2014 à 2018 plusieurs millions de migrants, essentiellement des Syriens et des Irakiens comme nous le montre les statistiques du Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, applique maintenant la sélection de ces populations comme du bétail. Il faut aussi écrire que le peuple allemand souffre énormément de la polique de Merkel.  La peur, la pauvreté, le vol des enfants et la rééducation de la population par l'Etat, sont devenus le pain quotidien dans ce pays.

Véritable stratégie

Ayant laissé pourrir la situation, alors que tout le pays est sous contrôle policier, l'Allemagne a joué sur les menaces des migrants pour justifier ses actions de déportation et obtenir par la peur l'aval de la population et de la communauté internationale.  Par exemple, le terroriste du marché de Berlin fut accompagné de Cologne à Berlin par un agent secret allemand. Il ne faut pas l'oublier. Berlin est la cause de ces problèmes graves en Europe en ayant organisé l'import des migrants. Des ghettos viennent d'être ouverts en Bavière et sont censés être un modèle pour le reste du pays ''Nous sommes un exemple pour toute l'Allemagne. Nous montrons comment cela marche ensuite les autres peuvent le faire'' dit, Markus Söder, le ministre-président de Bavière. "Wir sind ein Vorbild für ganz Deutschland. Wir zeigen, wie es funktioniert, dann können es die anderen auch machen", sagt Ministerpräsident Markus Söder(CSU)''. Mais, il ne faut pas se voiler la face, ces ghettos existent en fait partout dans le pays et Berlin faisant le tri renvoie les migrants pas intéressants sur la France, la Grèce ou l'Espagne. Bien sûr l'invasion migratoire, qui est très grave, est un scandale politique, humanitaire, identitaire, sécuritaire, économique. Des innocents sont tués par des migrants en Europe et la qualité de vie des Européens se détériore dramatiquement du fait de cette invasion.  Mais derrière cette communication de crise se cache la sélection des migrants et de leurs enfants par l'Allemagne avec la construction de camps de sélection. Berlin ne garde pas les populations d'Afrique noire. Seulement un petit contingent pour faire de la communication. Fallait-il réaliser une crise migratoire, se faire passer pour le bon samaritain qui aide les migrants pour ainsi voler leurs enfants (enfants de Syriens et d'Irakiens), effectuer la sélection humaine et mettre en place le nouveau nationalisme tout en plongeant les autres pays européens dans la crise migratoire pour les affaiblir ? Car tout a été planifié depuis plus de dix ans par l'élite allemande de concert avec  l'ONU. En outre l'Allemagne n'a jamais signé de traité de paix depuis la Seconde Guerre mondiale.

Sept ghettos en Bavière où la sélection humaine est réalisée

Rien que sur le sol bavarois sept camps fermés, ghettos, viennent d'être mis en fonction. Le nom officiel est ''Ankerzentren'' (centres d'ancrage) pour éviter la référence au mot ghetto de la Shoah. Le Jugendamt et l'Arbeitsagentur sont impliqués dans l'administration et dans la gestion rationnelle de ces ghettos modernes. Et des juges ont leur tribunal à l'interieur. Le tri des hommes, des femmes et des enfants, est effectué pour trouver les travailleurs utiles à la nouvelle Allemagne et pour prendre les enfants aux parents qui seront germanisés. Depuis des années bien avant la crise migratoire, l'Allemagne a recruté et formé des parents adoptifs. Cette sélection est effectuée d'une manière scientifique avec des médecins, des psychiatres, des psychologues, des juristes. Le Jugendamt se charge de prendre les enfants, les bébés, et de les placer dans des familles allemandes d'accueil ou dans les nombreux centres pour enfants qui sont dispatchés sur tout le territoire allemand. Mais même en dehors de l'Allemagne le Jugendamt entretient des centres d'enfants. L'Arbeitsagentur fait le tri parmi les travailleurs utiles à la nouvelle Allemagne. On prend les enfants, les bébés, et on renvoie les parents et les migrants pas intéressants dans leur pays d'origine, mieux encore dans les pays voisins. Le Jugendamt, puissant réseau international, a participé et participe à l'import des populations sur le continent européen de manière rationnelle et même l'église allemande soutient ce trafic humain. Sans oublier que même la marine de guerre allemande transporte les migrants et que c'est Berlin qui a instauré les camps sur les îles Grecques après avoir effectué le putsch sur la Grèce comme le décrit le journaliste Jürgen Roth dans ''Der stille Putsch''. Cette même église ne dénonce pas la fabrique de cadavres en Allemagne. L'église allemande vient de montrer son soutien à l'organisation (ONG) ''Jugend Rettet''  qui possède le navire Juventa, justement  financée par le Jugendamt. Les trafiquants d'hommes, de femmes et d'enfants sont simplement le fait des organisations de l'Etat allemand et des organisations internationales comme ''SOS Villages d'enfants international''. La découverte soudaine des média français sur un vaste trafic de migrants entre l'Espagne et la France organisé par  un réseau de passeurs n'est que l'arbre qui cache la forêt. Cette découverte est surtout ridicule et semble appartenir à cette communication de crise qui a pour but de détourner l'attention des citoyens sur les vrais réseaux de passeurs qui sont par exemple l'Etat allemand tout simplement.  Les média français feraient mieux de dénoncer les organisations allemandes et la politique de ce pays.

Le mot ghetto, un terme approprié ?

Oui, car l'Allemagne a planifié depuis de longues années l'import de millions de migrants en violant les accords internationaux. Dès 2005 Berlin a prévu d'importer des millions de personnes et de les déporter tout en gardant leurs enfants et bébés. Il s'agit donc de ghettos car l'Allemagne considère ces êtres humains comme des individus de seconde catégorie.  Ces ghettos ont été planifiés dix avant la crise migratoire. Dès 2005 les services du Jugendamt et de la politique allemande évoquaient la mise en place de ''villages africains'' en Allemagne. Ces villages africains ne sont que ces ghettos construits pour la sélection humaine. L'Allemagne se fait passer pour victime après avoir ''aidé'' des migrants à vivre et justifie ainsi la construction de ces ''Ankerzentren''.

En avril 2017, le pape dénonce les "camps de concentration" pour réfugiés.

L'Allemagne construit son nouveau Reich tout en ayant des accords particuliers avec Israël.

Olivier Renault

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à la rédaction.

Dernières publications

Articles les plus lus