Les 13 drones envoyés sur les bases russes étaient armés de bombes ukrainiennes ?

 
Actualités
12 janvier
00:38

Les 13 drones envoyés sur les bases russes étaient armés de bombes ukrainiennes ?

Le 6 janvier dernier une attaque massive d'un nouveau genre a eu lieu contre les bases russes situées en Syrie. Les 13 drones de fabrication artisanale portant chacun 10 bombes - très sensibles par l'emploi d'un élément plus sensible aux chocs ou à la friction que le TNT -  sous les ailes ont été interceptés par les forces russes. Les experts russes ont examiné les bombes et expliqué qu'elles pouvaient provenir d'Ukraine et que « tout le monde » ne peut pas manier de telles bombes. Sous leurs aspects primitifs, les 13 drones interceptés cachaient une parfaite maîtrise de la technique de combat à partir du ciel.

Des bombes de fabrication ukrainienne ? 

Les bases de Khemeymim et du port de guerre russe Tartus ont été la cible d'une escadrille de 13 drones parfaitement guidés et pouvant atteindre leur cible à plus de 100 kilomètres de leur base d'envol. 7 drones ont été détruits en plein vol et 6 ont été pris sous le contrôle de l'armée russe. 3 drones ont explosé en se posant au sol. 3 autres ont pu être ramenés en entier et étudiés par les experts russes. Ces derniers ont découvert un explosif qui est aussi produit en Ukraine. Selon les experts russes, cet explosif ne pouvait pas être transféré d'une autre arme à ces bombes. Du tétranitrate de pentaérythritol ou PETN a été utilisé dans les bombes comme base d'explosif, un élément supérieur en puissance à l'hexogène (RDX ou cyclotriméthylènetrinitramine est également connu sous les noms de cyclonite ou hexogène). Ce PETN  est produit par un certain nombre de pays, y compris en Ukraine à l'usine de réactifs chimiques Shostka. C'est ce qui a été expliqué à la presse hier par l'Etat-major général de l'armée de la Fédération de la Russie, après l'examen des explosifs contenus par les drones.

Auparavant, les drones étaient utilisés pour mener des actions de reconnaissance. Quelques drones ont bien été employés pour mener des actions de bombardement mais jamais à un tel niveau. Les 13 drones lancés sur les 2 bases russes ont été cette fois construits en entier et n'ont pas été achetés à l'étranger. Des éléments ont été achetés à l'étranger mais les drones ont vraisemblablement été montés sur place par les terroristes. Les experts russes expliquent qu'il fallait une excellente connaissance en radio-électronique et en aérodynamisme pour faire voler les 13 drones. Les experts russes soulignent l'emploi de données de vol qui, ne pouvant pas se trouver sur le Net,  implique l'intervention d'experts en aéronautisme. Pour organiser l'attaque, il était nécessaire d'effectuer des calculs d'ingénierie et de navigation détaillés qui devaient garantir l'efficacité du vol en formation des drones.

Olivier Renault

Source

Dernières publications

Articles les plus lus