L'industrie russe a reçu l'ordre de se préparer à la guerre.

 
Actualités
17 décembre
00:43

L'industrie russe a reçu l'ordre de se préparer à la guerre.

Toute l'économie russe est engagée dans l'effort de guerre. La déclaration a, déjà, été faite par le président russe, Vladimir Poutine, à la fin du mois de novembre 2017 durant une rencontre de travail avec les forces militaires et de sécurité du pays en raison des diverses menaces venant de l'OTAN, de Bruxelles, de Washington et de la situation de crise avec la Corée du Nord. Les forces de police, l'armée, l'économie entière avec toutes les entreprises privées ou publiques, grosses ou petites, sont appelées à s'engager dans l'organisation de l'économie de guerre pour répondre à une attaque, des attaques, contre la Russie. La déclaration de Poutine, faite le 14 décembre 2017 durant la conférence de presse de 4 heures, sur sa volonté ferme d'empêcher toutes les tentatives de Maïdan sur le sol russe, correspond à la logique de l'effort de guerre engagée sur tout le territoire. Ce même 14 décembre, les chefs d'Etat de l'Union européenne sous la houlette de Merkel - ces mêmes responsables politiques qui veulent plus de migrants à nourrir et à loger au profit des nationaux - ont voté pour la reconduite des sanctions économiques contre la Russie ! 

La Russie, un pays entier de nouveau dans l'effort de guerre.

La paix dans le monde dépend de la Russie. Poutine a jusqu'à maintenant refuser de répondre aux attaques de l'OTAN par la confrontation. Le président russe en fin stratège choisit la politique de la défense et toujours de la diplomatie pour éviter le pire. « Pour assurer la défense et la sécurité militaire de l'Etat, l'économie doit s'orienter dans la production et les services de guerre. Toutes les entreprises, petites ou grandes, privées ou nationalisées, doivent se préparer à cette économie de guerre », a déclaré Poutine en novembre dernier. Le président russe a également rappelé avoir, il y a déjà deux ans, donné des ordres pour moderniser les installations de production, la constitution d'une réserve de ressources matérielles et techniques et la livraison de moyens de transport de troupes. Depuis 2014, l'Union européenne a voté pour des sanctions économiques contre la Russie en trouvant l'excuse du conflit dans le Donbass alors que c'est cette même Union européenne, l'Allemagne en tête, qui a provoqué et soutenu la guerre en Ukraine. Porochenko, soutenu par « ces forces de l'axe du mal » de Washington à Berlin en passant par Bruxelles - représentation centrale des Etats européens vassaux de Berlin - avait dès le début des bombardements sur les civils du Donbass déclarer vouloir exterminer les Russophones et les enfants en les faisant vivre dans les caves, c.a.d commettre des génocides pires que celui de Srebrenica comme l'a évoqué Poutine dans sa longue conférence de presse.

Juste après les manœuvres et bombe atomique.

Le président russe a effectué ces déclarations relatives à l'effort de guerre juste après les manœuvres russes effectuées avec la Biélorussie en septembre 2017. Depuis 2015, l'OTAN fait venir en masse des troupes, des armes, des avions de guerre, des blindés tout le long de la frontière avec la Russie. Des bases allemandes sont situées dans les pays baltes et l'Allemagne serait en la possession de la bombe atomique alors que cette arme est interdite à Berlin depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais l'OTAN autorise les avions de chasse allemands, les Tornados, qui sont également stationnés dans les pays baltes, à être armés de bombes atomiques et à avoir l'autorisation de les larguer sur les cibles décidées par l'OTAN. Les U.S.A. ont toujours plusieurs stocks de bombes atomiques en Allemagne ce qui, en outre, montre les divers mensonges de l'OTAN suite aux accords de désarmement atomique après la chute du mur de Berlin. Dans le journal berlinois Taggespiegel, un article paru en février 2017 invite l'Allemagne à avoir la bombe atomique pour se défendre contre la Russie... Depuis 2015 des convois de troupes de l'OTAN circulent depuis des ports allemands et des bases U.S. situées en Allemagne à travers l'Allemagne, la Pologne, la Roumanie, en direction de la Russie. La volonté de guerre de l'OTAN est évidente même pour les aveugles et se déplace sur le terrain des Jeux olympiques et de l'économie avec les sanctions qui viennent, de nouveau, d'être réitérés par Bruxelles ce 14 décembre durant la rencontre des présidents des nations européennes avec Merkel, l'ancienne collaboratrice de la Stasi du temps de la RDA, en tête. La France, donc, avec son jeune président, Macron, qui n'a jamais fait de service militaire, élu par la force de frappe de la propagande médiatique et par des élections truquées, a approuvé la reconduite des sanctions et, donc, validé la volonté de faire la guerre contre la Russie.

Avec l'armée russe, c'est l'économie civile entière du pays qui a pris le chemin de l'effort de guerre tout comme la police russe qui a reçu des ordres pour se préparer à travailler dans des conditions de guerre. La police se trouvant dans le nord de Saint-Pétersbourg est formée, par exemple, à agir en cas de guerre. « L'axe du mal » de Washington à Berlin en passant par Bruxelles jette le monde dans les menaces d'une guerre mondiale. Seule la Russie et Poutine tentent de prés.

Olivier Renault

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus