Personne ne veut mourir pour Porochenko. Point de situation en mer Noire

 
Actualités
26 novembre
14:38

Personne ne veut mourir pour Porochenko. Point de situation en mer Noire

Suite à l'aggravation des tensions en Mer d'Azov entre Russie et Ukraine, j'ouvre ici un point de situation qui sera mis à jour au fur et à mesure des événements et dans un ordre antéchronologique. il fait suite à l'article "Alerte en Mer Noire" publié hier.

26 NOVEMBRE 2018, 09h00

Les 3 unités navales ukrainiennes qui avaient tenté de passer illégalement et en force dans les eaux territoriales russes au niveau du pont de Kertch sont rentrés à leur base navale de Berdyansk sous la surveillance d'hélicoptères d'attaque russes, après avoir été stoppés par les gardes frontières de la Fédération de Russie. 2 d'entre eux (le remorqueur d'assaut "Yany Kapu" et la bateau d'artillerie "Berdyansk") ont été endommagés sérieusement lors de l'opération des gardes frontières. 6 marins ukrainiens ont été blessés lors de l'incident et sont rentrés à bord des bateaux après avoir reçu des soins médicaux. Au total 23 marins ukrainiens ont été arrêtés  au cours de l'opération.

Comme on pouvait s'y attendre Porochenko a déclenché le ramdam recherché par cette provocation organisée pour demander l'instauration de la loi martiale et probablement au passage tenter de faire annuler les élections présidentielles où il est pronostiqué perdant à sa propre succession (voir la mise à jour précédente)

De son côté les occidentaux se déchaînent depuis hier soir dans des analyses partielles et partiales des événements dont le seul but est d'alimenter leur russophobie hystérique et délirante dont voici quelques exemples :

  • Le quotidien français "Le Monde" fidèle à sa servilité zélée à la ploutocratie mondialiste russophobe titre son communiqué sur l'incident "La Russie ouvre le feu et capture des navires ukrainiens en mer Noire" reprenant plus loin in extenso l'inversion accusatoire de Porochenko qui dénonce "un acte agressif de la Russie visant une escalade préméditée" . Le Monde fait également un amalgame entre l'incident maritime et le conflit du Donbass en dénoncant toujours au passage Moscou : "Il s’agit d’une première, Moscou niant toute intervention dans le conflit qui se déroule dans l’est de l’Ukraine".
  • Le quotidien allemand "Frankfurter Allgemeine Zeitung" (FAZ) reprend tout simplement le communiqué de Kiev qui affirme que «la Russie a violé la Charte des Nations Unies en augmentant la militarisation de la mer d’Azov». sans toutefois utiliser l'expression ukrainienne «d'occupation russe de la Crimée»
  • Le quotidien norvégien "Aftenposten" décrit "une situation extrêmement tendue liée au blocage  du détroit de Kertch par un navire russe" et que "les navires russes ont ouvert le feu sur les navires de la flotte ukrainienne et menacé de provoquer une guerre ouverte". Quant aux raisons de l'incident, le quotidien norvégien, comme de nombreux autres médias mainstream répète la formulation du communiqué de l'UE : "la raison est la construction par la Russie d'un pont sur le détroit de Kertch et la militarisation de la mer d'Azov. Nous appelons à une désescalade immédiate".
  • Le quotidien polonais "Rzeczpospolita" quant à lui se joue un film, citant le tweet de Nikki Haley,la russophobe possédée et représentante permanente des USA à l'ONU, qui reprend le délire du correspondant de guerre américain Nolan Peterson, travaillant en Ukraine:  "C’est le moment le plus dangereux que j’ai vu ici en Ukraine au cours de ce dernières ces dernières années. Ce soir (dimanche 25), la guerre que beaucoup d’Américains ne peuvent imaginer que grâce aux films hollywoodiens est en train de devenir une réalité. Ce soir en Ukraine, nous allons nous coucher sans savoir ce que nous réserve demain"

Evidemment tous ces "journalopes" presstituées du système qui les nourrit et soutient le régime fasciste de Kiev oublient entre autres faits : 

  • Que le pont de Kertch, est un projet ancien datant de l'Ukraine et qui a été accéléré après la mise en place d'un blocus de la péninsule russe par Kiev après son retour référendaire en Russie.
  • Concernant l'incident en lui-même, que les navires ukrainiens ont été bloqués lors du passage des eaux territoriales russes uniquement parce qu'ils ne s'étaient pas soumis au protocole administratif du Droit maritime international et refusant d'obtempérer aux avertissements des gardes frontières de la Fédération il ont déclenché l'usage logique et légitime de la force par ces derniers.
  • Sur n'importe quelle carte il est visible que le transit par le détroit de Kertch impose aux navires de passer dans la zone des eaux territoriales russes (12 milles au large des cotes continentales ou insulaires) et donc de se conformer au droit maritime international des mers extérieures et intérieures.

Voir au sujet du statut de la Mer d'Azov ce rappel juridique en forme d'avertissement réalisé la semaine dernière par Moscou : Mise au point concernant la Mer d'Azov

A suivre...

26 NOVEMBRE 2018, 03h30

La Russie a confirmé dans un communiqué l'arraisonnement des navires de combat par les forces navales russes ukrainiens en infraction et de l'arrestation de leurs équipages par le FSB, tout en précisant avoir trouvé des "preuves irréfutables" de la préparation de cette provocation par le régime de Kiev, et qui seront bientôt rendues publiques.

Lors de l'opération de protection des frontières russes contre les unités navales ukrainiennes en infraction :

  • Le bateau d'artillerie "Nikopol" s'est volontairement rendu aux autorités russes
  • Le bateau d'artillerie "Berdyansk" a résisté, obligeant les gardes frontières à faire usage de leurs armes. le bateau a été endommagé et selon le service de presse de la marine, 6 marins ukrainiens auraient été blessés dont 2 grièvement (à confirmer)
  • Le remorqueur d'assaut "Yany Kapu" lui avait éta endommagé lors de l'éperonnage réalisé en matinée par le patrouilleur russe "Don", pour lui barrer le passage sous le pont de Kertch 

En ce moment les navires ukrainens saisis sont dirigés vers les quais en remorquage à l'exception du "Nikopol" qui n'a pas subi d'avarie, tandis qu'une procédure pénale est ouverte en Russie contre les unités ukrainiennes pour violation des frontières de la Fédération.

Pour Kiev la reddition très rapide de ses marins est un camouflet car ils appartenaient à des unités d'élite de la marine servant sur des unités ultra modernes destinées à armer les bases navales du régime et servir sa propagande anti-russe, notamment dans le cadre de la nouvelle base symbolique de Mariupol dans le Donbass occupé par l'armée ukrainienne.

Lors de la création de cette flotille de petits bateaux blindés rapides et modernes capable d'opérer dans les eaux peu profondes de la Mer d'Azov, la propagande ukrainienne avait tout misé sur leurs capacités opérationnelles et la combativité de leurs commandants sélectionnés parmi les meilleurs cadets de la marine. Commentant les début de la provocation, Andrei Klimenko, "expert du Maidan des affaires étrangères", et spécialiste des affaires maritimes avait déclaré :

"Les six bateaux de la marine d'artillerie sont commandés par des lieutenants qui étaient eux-mêmes des cadets il y a quatre ans, ont chanté un cantique. Je connais personnellement beaucoup d'officiers et je sais qu'ils sont parme les plus motivés de l'armée.. Ils veulent se venger de l'humiliation qu'ils ont subie en février-mars 2014 (le retour de la Crimée en Russie), et ils ont cette motivation sans laquelle aucune victoire est possible ...Les gardes-frontières russes et officiers du FSB ont peur de ces très jeunes lieutenants et de ces bateaux d'artillerie, car ils ont compris ce qu'ils vont avoir à se mettre sous la dent" 

Encore un ukropithèque qui a perdu l'occasion de fermer son claque merde !

Les réactions ukrainiennes

Depuis hier, les forces navales et côtières ukrainiennes sont en état d'alerte maximale et l'Etat Major a annoncé que toute sa flotte avait pris la mer. 

Au milieu de la nuit des militant ukrainiens plus pitoyables qu'autre chose ont commencé à venir devant l'ambassade de Russie à Kiev pour protester et menacer de l'incendier avec des pneus et de l'essence.

A Kiev "Porochenko lors d'une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité présidé par  Turtchinov, "le pasteur sanguinaire" (père de l'Opération Spéciale Antiterroriste déclenchée en 2014 contre le Donbass alors qu'il était Président par intérim au le,demain du coup d'Etat du Maidan), a proposé l’imposition de la loi martiale en Ukraine suite à cet incident militaire avec les forces russes. 

Concrètement cela signifierait une éventuelle annulation des élections présidentielles ukrainiennes.

Confiant dans la décision de la Verkhona Rada d'adopter à huis clos la loi martiale Porochenko déclare que la loi martiale "ne limitera pas les libertés civiles", qu'elle "ne signifie pas une mobilisation immédiate" et "n'oblige pas à déclencher une guerre offensive avec la Russie", qu'elle "ne fermera pas la frontière" et, d'une manière générale, "l'Ukraine ne combattra personne", Et bien sûr  au milieu de toute cette pommade incohérente avec la définition même d'une loi martiale, la probabilité d'une annulation des élections est royalement ignorée par le satrape de Kiev.

Pour appuyer sa demande le Président Porochenko a affirmé que la Russie menaçait de mener des opérations terrestres contre l'Ukraines et qu'il s'était déjà concerté avec les militaires et Andrei Paryubi (co-fondateur du "parti social-nationaliste ukrainien" néo nazi devenu Svoboda) actuellement Président de l'assemblée nationale, la Verkhona Rada, 

"Nous avons eu une discussion approfondie avec les militaires. Il m'ont demandé de soumettre lors de la réunion du Conseil de sécurité une proposition pour proposer l'adoption de la loi martiale et appeler la Verkhona Rada a examiner la demande, si possible dès demain lors de sa réunion extraordinaire ", 

a déclaré Porochenko .

Mais cette position belliciste qui prolonge la provocation de Kertch ne fait pas l'unanimité dans la classe politique ukrainienne et des opposants au président ukrainien estiment quant à eux que l'incident de Kertch a été orchestré par Porochenko justement dans cette intention d'instaurer la loi martiale et de faire annuler les élections présidentielles où il n'est pas en bonne position pour gagner. "lls veulent déclarer la loi martiale. Pas un état de guerre. Ne pas rompre la relation avec l'agresseur. Et avec la loi martiale, Porochenko donnera le pouvoir aux dictatoriaux".

"Il me semble que les événements survenus près du pont de Kertch ne sont pas une provocation de la Russie contre l'Ukraine, mais une provocation du pouvoir de Kiev contre le peuple ukrainien. A première vue, tout ce qui s'est passé ne semble être qu'une opération bêtement planifiée et une autre manifestation de la lâcheté". 

Yuri Kasyanov, candidat aux élections présidentielles

En effet la loi martiale qui a été déjà envisagée dans la loi de réintégration du Donbass votée cette année à Kiev donne le pouvoir de police aux militaires annule les élections, interdit la tenue de manifestations de rue, limite les activités politiques, renforce la censure en prenant le contrôle de tous les médias, fait taire les critiques en condamnnant leurs auteurs et annule les élections...

"La proposition d'imposer la loi martiale, exprimée par les autorités, est une tentative peu coûteuse de perturber l'élection présidentielle. Conséquences d'un incident avec les navires russe, spécialement spécialement provoqué et absolument prévisible, la tactique d'un candidat sans espoir, Porochenko, pour étendre son pouvoir de son équipe criminelle à l'agonie. Il n'en sortira rien. Aucune auto-affûtage ne vous aidera. Après le changement de régime, il sera nécessaire d'enquêter par définition sur les causes et les objectifs des événements actuels dans la mer d'Azov", a déclaré l'ancien chef adjoint de l'administration présidentielle, Andrei Portnov."

Du côte de l'UE et de l'OTAN

L'Union Européenne et l'OTAN qui avaient étaient sollicitées immédiatement par une Ukraine jouant sont rôle de victime jusqu'au bout ont demandé cyniquement aux 2 parties d'engager une désescalade de la crise tout en alignant leur discours sur la propagande ukrainienne : "Nous attendons de la Russie qu'elle restaure la liberté de passage dans le détroit de Kertch et nous appelons toutes les parties à agir avec le maximum de retenue afin d'aboutir à une désescalade immédiate de la situation"

Pendant ce temps un groupe naval d'assaut des USA  est entré dans la mer Méditerranée après avoir passé le détroit de Gibraltar dans la soirée du 25. À bord des navires amphibies est embarqué un corps expéditionnaire de marines de 2000 soldats. 

Le groupe naval autour de son porte avions "Iwo Jima"se dirige vers la Méditérannée orientale. 

Du côté du Donbass

La situation militaire sur le front du Donbass probablement exacerbée par l'incident de Kertch connait également une aggravation. Les forces ukrainiennes ont bombardé les positions républicaines tout au long de la soirée notamment sur les lisières Ouest de Donetsk (Trudovsky et Staromikhailovka) à partir de 22h30 avec des armes de tous calibres, du lance grenades d'infanterie à l'obusier automoteur de l'artillerie lourde. Ils ont aussi intentiellement visé les infrastructures civiles et ont parvenus à priver la ville de Gorlovka de cournant électrique et de chauffage pendant plusieurs heures en cette période hivernale.

A suivre...

25 NOVEMBRE 2018, 22h20

La crise maritime opposant l'Ukraine et la Russie dans le détroit de Kerch semble s'être aggravée encore avec peut-être des échanges de tirs entre marins ukrainiens et les gardes frontières russes procédant à la saisie de leurs bateaux.

Devant le refus d'obtempérer des marins ukrainiens, les forces russes, appliquant le protocole du droit maritime ont engagé l'arraisonnement des unités navales ukrainiennes en infraction. ves dernières semblent avoir résister car le bateau d'artillerie ukrainien "Berdiansk" a été endommagé et un de ses marins blessé.

A l'heure actuelle les forces russes (FSB et Armée) sont montées à bord des 3 bateaux ukrainiens et les ont saisi. Les équipages ukrainiens ont été arrêtés mais des sources ukrainiennes prétendent que certains se seraient réfugiés à l'intérieur des cales de leur bateaux.

Dans le même temps, des hélicoptères et chasseurs russes ont repris les airs pour patrouiller à nouveau dans la région de Kertch.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Ukraine vient de contacter de toute urgence l'Union européenne et l'OTAN.

A suivre !

A ce niveau des événements il apparaît évident que les 3 bateaux ukrainiens avaient reçu une mission de kamikazes pour cette provocation ukrainienne cherchant à tout prix un "casus belli" imputable aux russes et à valider par la communauté internationale et l'OTAN, Les occidentaux, n'en doutons pas un seul instant, vont s'empresser de jeter de l'huile sur ce nouveau feu qu'ils ont très probablement incité.

Dans quel but cette provocation ukrainienne intervient-elle aujourd'hui ?

  • Militairement, pour inciter les forces de l'OTAN à accélérer leur renforcement en Ukraine et notamment en Mer Noire pour engager le blocus de la Crimée et protéger les ports de Odessa, Berdyansk et Mariupol lors de l'inévitable guerre qui surviendra entre Kiev et Moscou.
  • Diplomatiquement, pour offrir aux occidentaux une nouvelle raison pour déclencher des sanctions économiques contre Moscou.
  • Politiquement, pour permettre à Porochenko (avec l'accord de Washington) de reprendre la main dans une campagne ou son impopularité est grandissante. Il se peut même qu'il cherche en envenimant l'incident jusqu'à une confrontation ouverte avec Moscou à faire annuler tout simplement les élections pour lesqueles de plus en plus de personnes le déclarent perdant.

Dans les prochaines heures, si l'escalade militaire continue, elle risque également de s'étendre sur le front terrestre du Donbass où l'Ukraine sait pertinemment qu'au delà de ses mensonges propagandistes il n'y a pas de soldats russes déployés devant son armée. 
 

La fermeture russe du passage sous le pont de Kertch par un pétrolier,
suite au coup de force des 3 bateaux ukrainiens pour passer sans autorisation.

A suivre...

25 NOVEMBRE 2018, 20h00

Les marins ukrainiens ont engagé un nouveau bras de fer avec les autorités russes en refusant de débarquer à Kertch et se soumettre comme prévu au contrôle administratif des gardes frontières préalable à une éventuelle autorisation de passage sous le pont et dans les eaux territoriales russes. il faut préciser que cette procédure n'est pas exceptionnelle mais appartient au code maritime international en vigueur sur toutes les mers extérieures ou intérieures du Monde. 

Le prétexte est que l'Ukraine ne reconnait pas la mer d'Azov comme un espace extra territorial et donc ne veut pas se soumettre à ce protocole international. Ici  la volonté de Kiev de "jouer au con" pour relancer un nouvel incident après l'échec de la provocation initiale est évident.

La marine russe de son côté a également envoyé des renforts dans le secteur avec 2 autres patrouilleurs de gardes côtes; le "Syktyvkar" et le "Kizlyar" qui seront rejoints bientôt par la corvette "Garder". La Russie dispose de plus de 120 unités navales dans ce secteur maritime prêtes à intervenir.

Une vidéo a été publiée montrant le patrouilleur russe en phase d'approche des bateaux ukrainiens ayant tenté ce matin de forcer le passage dans les eaux territoriales russes. En fin de séquence on peut voir les bateaux d'artillerie ukrainien à tribord et leur remorqueur d'assaut à bâbord.

Erwan Castel

Source

Dernières publications

Articles les plus lus