Qui est Arnaud Beltrame, ce gendarme qui a "sauvé des vies" en prenant la place d'une otage ?

 
Actualités
24 mars
23:30

Qui est Arnaud Beltrame, ce gendarme qui a "sauvé des vies" en prenant la place d'une otage ?

Arnaud Beltrame, lieutenant-colonel de 44 ans, s'est livré au preneur d'otages Radouane Lakdim en échange de la libération d'une femme. Ce saùedi, dans la matinée, on a appris son décès des suites de ses blessures, après avoir été touché au thorax et à la gorge par l'assaillant. a veille, Il a payé son héroïsme de sa vie. Sa mort a ému une grande partie de la France.

Il est le héros des attaques de l'Aude. Arnaud Beltrame est entré courageusement dans le Super U de Trèbes, après avoir déposé son arme, pour prendre la place d'une otage.

Un employé et un client venaient d'être tués par le terroriste Radouane Lakdim. Ce dernier lui a tiré dessus avant que le RAID ne lance l'assaut. 

"Il savait certainement qu’il n’avait pratiquement aucune chance" : voilà ce qu'a déclaré ce samedi matin le frère du militaire décédé, Cédric Beltrame, au micro de RTL.

"Il est parti en héros et c’est la réalité aujourd’hui", "ce qu’il a fait ça va au-delà de l’engagement de son métier", a-t-il dit.

Cédric Beltrame a jugé que son frère "savait certainement qu’il n’avait pratiquement aucune chance. Il a été très conscient de ce qu’il a fait, il n’a pas hésité une seconde", jugeant le terme de "héros" "parfaitement approprié".

"Il a donné sa vie pour quelqu’un d’autre, pour un inconnu, même pas pour quelqu’un de sa famille", a-t-il encore souligné. Le gendarme avait été blessé par balle à deux reprises au thorax et avait reçu plusieurs coups de couteau à la gorge par l’assaillant. 

UN GENDARME EXPÉRIMENTÉ

Né à Etampes, dans l'Essonne, Arnaud Beltrame est un gendarme expérimenté ayant débuté sa carrière en 2001. Il est issu du recrutement de l'école militaire interarmes (EMIA) de Saint-Cyr. Il est marié et n'a pas d'enfant.

D'abord nommé dans un peloton de véhicules blindés à Satory (de 2002 à 2006), il a ensuite rejoint le premier régiment d'infanterie (RI) de la Garde républicaine (en charge de la protection du président de la République), jusqu'en 2010.

De 2010 à 2014, il a été chef de la compagnie d'Avranches dans la Manche, puis officier d'état major à Paris de 2014 à 2017. "C'est un homme qui n'a peur de rien, qui va à l'affrontement, qui est présent", a déclaré à son sujet à Ouest-France Guénaël Huet, ancien député de la Manche, qui a eu l'occasion de travailler avec l'officier.

En 2012, Arnaud Beltrame avait été fait chevalier de la Légion d'Honneur.

C'est en 2016 qu'il accède au rang de lieutenant-colonel.  Il a été nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l'Aude en août dernier.

UNE SIMULATION PRÉMONITOIRE

Arnaud Beltrame avait organisé en décembre dernier un exercice de simulation d'attentat dans des bâtiments d'EDF à Carcassone, raconte La Dépêche du Midi.

Le scénario ? "Une tuerie de masse... dans un supermarché". Le gendarme avait à l'époque expliqué que l'objectif de ce type d'entraînement était "d'améliorer l'intervention des forces de l'ordre en cas d'attentat".

Une fiction qui est devenue une triste réalité.

L'HOMMAGE AU BOUCHER DU SUPER U

Capture d'écran

Christian Medves, 50 ans, était artisan boucher au Super U. Il fait partie des personnes tuées par Redouane Lakdim, vendredi. Il était marié à une coiffeuse tenant un salon dans un village près de Trèbes. Il était père de deux filles, dont l'une venait d'être maman. 

Sportif accompli, il avait fait partie du club VTT de la ville dans les années 2000, avant de privilégier le running. Il était délégué CFDT départemental et figurait sur la liste d'opposition aux dernières municipales à Trèbes conduites par son meilleur ami Franck Alberti. 

 

 

 

 

Radouane Lakdim. Photo AFP

L’AUTEUR

Né au Maroc le 11 avril 1992, Radouane Lakdim, vivait à Carcassonne. Fiché S depuis 2014, il était connu de la justice pour des faits de droit commun.

Son casier judiciaire affiche deux condamnations: l’une en 2011 à une peine d’un mois de prison avec sursis pour «port d’arme prohibée» et l’autre en 2015 pour «usage de stupéfiants et refus d’obtempérer» à un mois de prison, peine effectuée en août 2016.

En 2016 et 2017 il fait l’objet «d’un suivi effectif» des services de renseignements, sans qu’il n’ait pu mettre en évidence de «signe précurseur pouvant laissent présager un passage à l’acte terroriste», selon M. Molins. Il a agi «seul».

Les investigations se poursuivent pour établir la provenance de l’arme et déterminer s’il a pu bénéficier de complicités. Sa compagne a été placée en garde à vue en début de soirée de vendredi, a annoncé le procureur.

Source

UPD le 25.03.2018 à 23h38 (heure de Moscou)

L’autopsie réalisée sur le corps d’Arnaud Beltrame a révélé "une plaie gravissime de la trachée et du larynx par arme blanche", qui a causé la mort du gendarme et des lésions par balles non létales. Son assassin, Radouane Lakdim, le djihadiste auteur des attentats mortels de Trèbes l’a donc poignardé avant de lui tirer dessus.

Ce sont ces tirs, justement, qui ont décidé le GIGN à lancer l’assaut final vendredi après-midi. A ce moment-là, le lieutenant-colonel de la gendarmerie de l'Aude, qui a proposé au terroriste de se substituer à Julie, une caissière du Super U qui était la dernière otage retenue, était seul dans le magasin avec le terroriste depuis deux heures et demie quand des coups de feu ont retenti. Les forces de l’ordre suivaient ce face-à-face angoissant grâce au téléphone allumé, qu’en professionnel aguerri, le gendarme avait réussi à poser sur une table sans se faire remarquer.

Lorsqu’ils ont entendu les tirs, les gendarmes du GIGN de Toulouse ont donné l’assaut, dans lequel deux d’entre eux ont été blessés et le terroriste abattu. Mais, ce qu’ils redoutaient s’est produit : le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a été très grièvement blessé : transporté en urgence au centre hospitalier de Carcassonne, il décédera samedi à l'aube.

Dans le supermarché, les enquêteurs ont retrouvé un poignard et un pistolet 7.65, une arme de petit calibre, appartenant à Radouane Lakdim ainsi que trois enveloppes plastifiées contenant des poudres explosives mélangées, avec des mèches qui dépassaient des enveloppes.

Source

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus