Un nouveau mandat pour Poutine? Les enjeux

 
Actualités
7 décembre
14:17

Un nouveau mandat pour Poutine? Les enjeux

Hier, V. Poutine a annoncé sa candidature aux présidentielles russes de 2018, ce qui, paradoxalement, sans être une grande surprise reste un évènement important. Dernier mandat dans un contexte international plus que tendu, avec un soutien populaire interne incontestable mais des élites qui redoublent d'intrigues. Ce qui finalement est le propre des élites.

Le lieu de l'annonce de candidature: l'ampleur de la base électorale réelle

En deux temps, le Président russe a amené sa candidature à sa succession. Tout d'abord devant un parterre de volontaires, acclamant cet homme qui pour eux arrive, malgré le temps passé au pouvoir et l'âge, à incarner l'avenir. 

Les bénévoles à Moscou ont ouvert le bal, en lançant le sujet dans une mise en scène parfaitement réglée:

« Je suis toujours avec vous », avait d'abord énigmatiquement répondu le président à un bénévole qui l'interrogeait, lors d'un Forum à Moscou, pour savoir s'il « serait toujours » avec les Russes en 2018 et plus directement sur son éventuelle participation à la prochaine élection présidentielle. 

« C'est toujours une décision très importante pour n'importe quelle personne, car la motivation doit venir uniquement de la volonté de rendre la vie meilleure dans ce pays, de le rendre plus puissant, mieux protégé », avait lancé M. Poutine devant la foule composée de milliers de jeunes bénévoles travaillant dans diverses ONG à travers la Russie.

« Mais on ne peut y arriver qu'à une seule condition: si les gens vous font confiance et vous soutiennent », avait souligné le président, dont l'intervention était retransmise en direct à la télévision publique.

« Si je prends cette décision, aurais-je votre soutien et celui de ceux qui vous sont proches d'esprit ? » , avait-t-il alors demandé à la foule qui avait aussitôt répondu en criant « Oui! », sous une pluie d'applaudissements. 

Pas suivant, l'annonce officielle a été faite à Nijni Novgorod devant les ouvriers de l'usine GAS, usine historique pour le pays.

V. Poutine déclare qu'il n'y a pas de meilleur endroit pour déclarer sa candidature et remercie les gens présents pour leur soutien, pour leur travail, pour leur attachement à leurs devoirs, à leur ville et au pays.

En choisissant ces deux lieux et ces deux publics, V. Poutine veut démontrer son attachement populaire, quel qu'il soit. Il souligne également le soutien massif dont il bénéficie dans le peuple "réel", dans les différentes tranches d'âge, de catégories sociales et de vision du monde. 

D'autres candidats ont déjà annoncé leur volonté de concourir:

Grigori Iavlinski, fondateur du Parti démocratique russe unifié Iabloko («la pomme» en russe), Gennady Ziouganov, chef de file du Parti communiste, Vladimir Jirinovski, leader du Parti libéral-démocrate, Katia Gordon, journaliste, chanteuse et militante pour les droits des femmes, ou encore l'ex-jet-setteuse Ksenia Sobtchak.

Mais il reste objectivement le seul candidat réaliste, car sa base électorale est la plus large. Ses chances de victoire sont quasiment certaines, la seule inconnue étant de savoir si elle aura lieu au premier ou au second tour. Vue la tension géopolitique et la radicalisation de l'opposition, il est à espérer pour la stabilité du pays qu'elle aura lieu au premier tour. Un entre-deux tours serait une occasion rêver de tentatives de déstabilisations sociales. 

Le moment de l'annonce de candidature: reprendre la main

Le moment de l'annonce est aussi symbolique. Celle-ci était prête, mais l'actualité a permis de lui donner une autre dimension, toute sa dimension. V. Poutine a annoncé sa candidature le jour de la décision du CIO mettant le pays à la porte de l'Olympisme et tentant de récupérer ses joueurs pour légitimer le drapeau neutre et la négation de l'hymne russe. A ce sujet, le ministère des Sports de Corée du Sud a déjà, (ils sont très réactifs - ou préparés) envoyé un courrier aux sportifs russes, jugés par eux dignes de participer, les invitant à prendre part aux JO sans drapeau et sans hymne. Ce qui est une pression supplémentaire, mais surtout montre le côté particulièrement préparé de ce qui ressemble de plus en plus à une opération spéciale. 

C'est à ce moment-là que V. Poutine annonce sa candidature, la remettant automatiquement dans une perspective géopolitique particulière. Et il reprend la main, ce que le journal La Croix titre, avec beaucoup d'aigreur.

Le journaliste insiste lourdement:

Après l’humiliation de l’exclusion olympique, Vladimir Poutine n’a pas tardé à reprendre l’offensive. Comme pourfaire diversion au lendemain de la décision choc du Comité international olympique (CIO) d’interdire la Russie aux prochains Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, en 2018, le chef du Kremlin a pris tout le monde par surprise mercredi 6 décembre : il a annoncé qu’il se présentera pour un quatrième mandat à l’élection de mars 2018.

L'objectivité journalistique est toujours un plaisir. Il est difficile d'appeler cela une manoeuvre de diversion, il s'est plutôt agi de remettre les choses à leur place: la Russie a un chef pour passer cette période de troubles et rien ne la fera changer de cap. Deux remarques à ce sujet. 

Tout d'abord, en déclarant que la Russie n'empêchera pas les athlètes qui le veulent, à titre individuel (rappelé deux fois), de participer aux JO, le Président fait le choix de la souplesse contre la rigidification de l'Occident, inversant les rôles joués par le passé dans le combat entre ce même (qui n'est plus tout à fait le même) Occident et l'URSS. 

Ensuite, il déclare que rien ne pourra empêcher la Russie d'avancer:

« La Russie va continuer d’aller de l’avant. Et dans ce mouvement en avant, personne ne l’arrêtera jamais »

Le cours politique est annoncé, les réactions de l'Occident seront évidentes. Début janvier vont déjà entrer en vigueur les nouvelles sanctions adoptées par les Etats-Unis contre la Russie, ce qui va pouvoir jouer en matière économique et financière. Pas de manière radicale, mais ces sanctions vont compliquer les choses. A l'intérieur, l'opposition radicale est remontée, bien soutenue de l'extérieur et il est évident que la pression va monter sur le crédo "Poutine est responsable de tous les maux du pays, il suffit qu'il parte pour que tout s'arrange - miraculeusement, puisque nous n'avons aucun programme". Autrement dit, en arriver au scénario ukrainien de la mise sous tutelle.

Sur le plan intérieur, le combat entre les clans s'intensifie. Si après la réunion de la Crimée, il s'était calmé, l'on voit les néolibéraux repartir au combat. Ils sont en ce sens beaucoup plus dangereux que l'opposition radicale, car intégrés dans les mécanismes de pouvoir et dans ses structures, qu'il s'agisse de l'Administration présidentielle où le changement du directeur de la politique intérieure a produit des effets particulièrement visibles, ou au Gouvernement où la politique scolaire et la folie de la virtualisation de l'Etat commencent à causer des dégâts qu'il sera difficile de réparer avec le temps. D'une manière générale, la méthode de l'arbitrage présidentiel entre les différents courants politiques, voulant ainsi éviter de tomber dans les excès des uns et des autres, montre ses limites. Peut-être ce dernier mandat sera-t-il l'occasion d'une clarification idéologique - et donc politique.

Enfin, comme dernier mandat, il est aussi celui de la préparation de la succession. Cette fois, il n'est pas possible d'éluder la question de la constitution d'élites politiques compétentes et représentatives. Mais s'agira-t-il d'une "élite" composée de ces nouveaux technocrates et managers, tant vanté par ce nouveau courant de l'Administration présidentielle, qui pourtant n'ont qu'une compréhension très indirecte de ce qu'est et la politique et l'étaticité, ou bien s'agira-t-il de la mise en place de conditions permettant l'émergence d'hommes politiques d'importance, le potentiel individuel existant? La réponse nous viendra ces prochaines années et d'elle dépendra la possibilité de l'Etat de passer à un fonctionnement systémique, seule garantie de pérennité.

Karine Bechet-Golovko

Source

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus