Une terre russe toujours revendiquée: référendum de 1994 dans le Donbass

 
Actualités
28 mars
23:12

Une terre russe toujours revendiquée: référendum de 1994 dans le Donbass

Depuis 2014, les bandéristes ukrainiens et leurs parrains occidentaux qui les ont aidé à s'emparer du pouvoir par le putsch du Maïdan poussent des cris d'orfraie en accusant la Russie de s'être emparée par la force et contre la volonté de leurs populations de la Péninsule de la Crimée (rattachée arbitrairement de Russie à l'Ukraine par Kroutchev en 1954),et du Donbass (rattachée arbitrairement de Russie à l'Ukraine par Lénine en 1918).

Et la propagande de guerre étasunienne de considérer la présence de l'armée russe en Crimée et la résistance du Donbass de 2014 comme une invasion militaire russe. Ce qui est archi faux car, pour la Crimée la constitution ukrainienne autorisait une présence militaire russe de 25 000 hommes au titre du maintien de la flotte de la mer Noire après l'indépendance de l'Ukraine (en échange de fourniture de gaz et autres accords économiques avantageux), et pour depuis 5 années de rébellion armée à Donetsk et Lugansk aucune trace d'une unité russe n'a été repérée sur le front malgré la présence de milliers d'observateurs internationaux occidentaux (OSCE) et de centaines de journalistes,

Газета Донбасс
Il y a 25 ans, la population du Donbass exprimait déjà par référendum son attachement à son identité russe

Là encore, pas de chance pour les Tartuffe occidentaux qui prétendent représenter l'opinion internationale en général et celle des populations de Crimée et du Donbass en particulier, car non seulement ces référendums de 2014 remportés massivement par les pro-russes ont été réalisés en présence d'observateurs internationaux qui n'ont pas remarqué de fraude électorale, mais qu'en plus ils confirment dans les mêmes proportions de résultats des référendums précédemment réalisés depuis plus de 20 ans sous l'autorité d'une Ukraine indépendante !De même, concernant les référendums populaires réalisés dans ces 2 régions qui se sont aujourd'hui séparées de l'Ukraine, les gouvernements occidentaux au milieu de leurs meutes de chiens de garde médiatiques ne cessent de hurler que ce sont des scrutins trafiqués par les pro-russes et qu'ils ne reflètent absolument pas la volonté réelle de populations "prises en otage par l'armée russe".

Référendum de Crimée du 16 mars 2014

Ainsi par exemple pour la Crimée qui en 2014, à 96,77% de votants (sur 86% de participation) se prononce pour son retour en Russie:

  • Le 20 janvier 1991, lors d'un premier référendum, 94,30 % de votants se prononçaient pour le rétablissement d'une "République socialiste autonome de Crimée". 
  • Le 27 mars 1994, lors d'un second référendum, ce sont 78.40 % qui réclament un élargissement de l'autonomie de la péninsule.

Et pour les habitants du Donbass, ils avaient également eu l'occasion, avant les événements de 2014, d'exprimer massivement, dans le cadre d'une Ukraine post-soviétique, leur attachement à leur identité russe. 

Voici à titre d'exemple les résultats de l'oblast de Donetsk à l'occasion du référendum réalisé il y a exactement 25 ans, le 27 mars 1994 (mais dont l'Ukraine, ne va déjà pas tenir compte) et qui concernait::

1 /  la fédéralisation (résultats non trouvés pour Lugansk)

  • Participation: 72,28%

  • Pour: 79,69%. 

  • Contre:15,02%. 

  • Bulletins de vote non valides - 5,29%. 

Pour (% du nombre total de bulletins valides): 84,14% 

Contre (% du nombre total de bulletins valides): 15,86%. 

2/ le russe, langue d'état en Ukraine 

  • Participation: 72.11%. 

  • Pour: 87,16%. (Lugansk: 90.38%)

  • Contre: 8,54% (Lugansk: 5.04%)

  • bulletins de vote non valides - 4,3%. (Lugansk: 4.58%)

Pour (% du nombre total de votes valides): 91,08%. (Lugansk 94.72%)

Contre (% du nombre total de votes valides): 8,92%. 

3/ le russe, langue officielle de la région de Donetsk (ou Lugansk)

  • Participation: 72.24%. 
  • Pour: 88,98%. (Lugansk: 90,91%)
  • Contre: 6,87%. (Lugansk: 4.51%)
  • bulletins de vote non valides: - 4,15%. (Lugansk 4.45%)

Pour (% du nombre total de votes valides): 92,84%(Lugansk 95.27%).  

Contre (% du nombre total de votes valides): 7,16%. 

4/ Pour la signature de la Charte de la CEI*, la pleine participation de l'Ukraine à l'Union économique et à l'Assemblée interparlementaire des États de la CEI. 

  • Participation: 72.33%
  • Pour: 88,72%. (Lugansk: 90.74%)
  • Contre: 6,83%. (Lugansk: 4.54%)
  • bulletins de vote non valides - 4,45%. (Lugansk: 4.72%)

Pour (% du nombre total de votes valides): 92,86%. (Lugansk 95.24%)

Contre (% du nombre total de votes valides): 7,14%.

* la CEI (Communauté des Etats Indépendants) est une entité intergouvernementale composée de 9 des 15 anciennes républiques soviétiques. 

Le 11 mai 2014, alors que les combats font rage entre les séparatistes et l'armée ukrainienne qui veut empêcher a tenue d'un nouveau référendum, la population de Donetsk et Lugansk retourne massivement aux urnes pour demander son indépendance face au nouveau régime ukrainien ouvertement et violemment russophobe  

Le 11 mai 2014, le peuple russe de Donetsk et Lugansk va une nouvelle fois confirmer massivement son attachement farouche à son identité historique russe, poussé à réclamer son indépendance par l'offensive meurtrière engagée par l'armée ukrainienne contre le Donbass. Le résultat du scrutin est sans appel et dans les régions où l'armée ukrainienne ne peut pas empêcher le vote, 89.07% des suffrages exprimés se prononcent en faveur de l'indépendance (contre 10, 19% contre), confirmant ainsi l'opinion identitaire exprimée 25 ans plus tôt.

Il serait temps que les parangons de la démocratie et leurs propagandistes occidentaux commencent par respecter ce qu'ils prétendent défendre à coups de mensonges et de bombes à travers le monde, à savoir la volonté des peuples à disposer d'eux mêmes et leur droit à exercer eux même le pouvoir sur leur territoire naturel et historique. 

Et pour les peuples d'Europe, le Donbass doit être observé comme un exemple de révolution populaire réel et légitime où le peuple, en conformité avec son identité native inscrit son avenir dans l'héritage son passé et la défense de ses libertés individuelles et collectives.

Erwan Castel

Source

Dernières publications

Articles les plus lus