Pierre Malinowski : « Lorsque les crevures de journalistes européens tentent de détruire une cause, un pays ou une personne, c'est que cette cause est juste ».

 
Actualités
16 août
12:31

Pierre Malinowski : « Lorsque les crevures de journalistes européens tentent de détruire une cause, un pays ou une personne, c'est que cette cause est juste ».

Pierre Malinowski  nous parle de son engagement dans l’armée, pour la Russie. Homme de terrain, il veut voir de ses yeux les gens, les pays. Son regard sur l’avenir de la France est bien sombre. Cependant pour lui tout est possible si on a un moral d’acier…   Dans notre entretien Pierre Malinowski nous révèle son grand projet pour 2018 !  

N.T : C'est la chanson de Piaf « Mon beau légionnaire » ou la vie aventureuse de Ernst Jünger qui vous ont poussé à passer le portail de la Légion étrangère ?  

Pierre Malinowski : Malgré que je connaissais cette belle chanson de Piaf et toute la vie militaire de Jünger (car il a combattu à 200 mètres de chez moi, puis il proposa à mon père d'écrire un livre avec lui dans les années 80), ce qui m'a poussé à me rendre au fort de Nogent un beau matin pour m'engager est dû au livre "Par le sang versé" que je lisais plusieurs fois par semaine en séchant les cours. Je me rendais à la gare de Reims et je restais assis toute la journée dans le hall à lire ce livre et à regarder partir et arriver les voyageurs de toute la France, je rêvais de  prendre un de ces trains pour découvrir autre chose que mon village. Je n'imaginais pas que 10 ans plus tard, j'aurais fait le tour du monde. Mais pour la Légion, je l'ai quittée à la fin de mes classes pour diverses raisons et je n'ai aucun regret.  

N.T : A part faire son lit au carré on apprend quoi à l’armée?  

Pierre Malinowski : L'armée restera à jamais comme la partie la plus importante de ma vie. J'y ai appris la discipline, la fierté de défendre la patrie au 4 coins du monde, l'organisation, la ponctualité, la culture physique, l'adrénaline, les OPEX....   Si seulement chaque homme connaissait l'expérience militaire durant quelques mois, on aurait actuellement de vrais mecs et moins de branleurs de 20 ans aux cheveux  sales, fumeurs de TEUTEU et pseudo-révolutionnaires  qui descendent dans la rue pour sécher les cours alors qu'ils sont incapables de défendre leurs femmes lorsqu'elles se font agresser.  

N.T : Puis vous incorporez l'armée et conduisez un char au Liban ?  

Pierre Malinowski : Oui, je me rengage 1 mois après et cette fois, ce sera pour 8 ans. Ayant terminé MAJOR de mes classes, j'opte pour pilote de chars Leclerc pour commencer (LIBAN et EAU) puis adjoint de patrouille en EEI puis Chef de patrouille en EEI, un passage au 1RPIMA, quelques sauts, plusieurs missions, noté exceptionnel en 2011, bref je pense avoir fait mon boulot de bon soldat et de bon patriote.  

N.T : Vous êtes comme une fusée quand on voit votre parcours. Légionnaire 6 mois, militaire durant 8 années, attaché parlementaire de Jean-Marie Le Pen au Parlement européen. Vous avez travaillé dur pendant 4 ans, de façon désintéressée, pour pouvoir rapatrier les restes d'un des Poilus, un soldat de la Troisième Brigade russe; opération « Dîner en ville » en octobre 2015, visite du front en Syrie en 2015 après le massacre du Bataclan, visite de Donetsk en mars 2017; voyages entre Paris, Moscou, Maroc; rencontre avec Vladimir Poutine à Paris fin mai 2017 et  voyage en Crimée; nommé membre du dialogue France-Russie dont les deux présidents sont Thierry Mariani et Vledimir Iakounine. Qui est le carburant de cette fusée et quelles sont les objectifs de cette fusée ?  

Pierre Malinowski : Je me suis toujours dit, je veux faire ma vie comme je l'entends. Que rien n'est impossible si on a un mental d'acier et à condition de se donner les moyens. L'impossible me motive. On me disait : Tu veux rencontrer Poutine? oublie à tout jamais. On me disait : Tu veux trouver un soldat disparu sur une superficie de 200 hectares, oublie à tout jamais.  Pour le moment, je pense réussir tous les projets que j'entreprends. Un autre va être compliqué l'année prochaine, celui de gravir l'Everest pour y porter les drapeaux de la Russie et de la France côte à côte (et un petit message contre les sanctions) mais je vais bien me préparer.  

N.T : Que cherchez-vous entre vos divers voyages en Russie, Crimée, DNR, Maroc ?  

Pierre Malinowski : Voir de mes propres yeux. Lorsque les crevures de journalistes européens tentent de détruire une cause, un pays ou une personne, c'est que cette cause est juste, que ce pays est bon et que cette personne est respectable. Je me rends donc sur place et je fais mon analyse. Je rencontre ces personnes et je juge.  

N.T : Pourquoi avoir choisi le FN en 2014 ?  

Pierre Malinowski : Je connaissais JMLP depuis plusieurs années (pour qui j'ai toujours le même profond respect et la même amitié), il m'a proposé de travailler pour lui au PE. J'ai donc pris ma carte au FN (durant 2 ans). Et bien entendu, mes idées se rapprochent plus du FN que du PS.  J'ai voté pour Sarko en 2007 (avant qu'il ne trahisse tout le monde), Le Pen en 2012. Je n'ai plus grand chose en commun avec le programme de MLP. Et je connais trop les personnages de ce mouvement. Mis à part quelqu'un comme Bay ou Shaffahauser, les autres......sans commentaires  

N.T : Durant votre activité d'assistant parlementaire au Parlement européen qu'est-ce-qui vous a le plus fasciné ? Et ce qui vous a réellement mis en colère en voyant le système politique de l'UE ?  

Pierre Malinowski : Les missions. J'aime réaliser des projets d'envergures, difficiles.... avec JMLP c'était passionnant. Il me laissait partir sur le terrain et je lui faisais le compte-rendu toutes les semaines de mon travail.   Pour ma part, j'étais assistant  local, ce qui m'évitait d'être au PE tous les jours avec ce ramassis de mafieux  en costard cravate plus occupés à magouiller sur les enveloppes parlementaires que sur l'avenir de la France. Le système politique de l'UE est simple, une poignée d'oligarques assujettis aux U.S. qui dirigent la totalité des grandes décisions de l'Europe.  

N.T : La défaite de Marine Lepen à la présidence de 2017 vous inspire quoi ?  

Pierre Malinowski : Je n'ai jamais eu le moindre doute sur sa défaite. Les Français ne voudront jamais de Marine le Pen au pouvoir, c'est aussi simple que ça. Il faudrait une nouvelle force de droite comme le disait Julien Rochedy avec des équipes solides, motivées et honnêtes.  

N.T : Quel avenir pour le FN voyez-vous ?  

Pierre Malinowski : Des hauts, des bas.... des coups d'éclats en 2014 puis des branlées comme en 2015_2016_2017. Donc soit MLP part se reposer pour 20 ou 30 ans et une nouvelle équipe prend les choses en main soit les patriotes pourront attendre longtemps avant de porter leurs idées à l'Elysée.  

N.T : Quel avenir pour les patriotes français ?  

Pierre Malinowski : Malheureusement, Ils n'ont que leurs yeux pour pleurer. Il y'a des choses à faire mais combien le veulent vraiment?  

N.T : Dans un entretien à Sputnik en 2015 vous dîtes avoir rejoint des volontaires français en Syrie pour combattre l'Etat islamique à cause du massacre du Bataclan. Pourquoi n'êtes-vous pas resté sur le long terme en Syrie pour combattre  et éradiquer les djihadistes ?  

Pierre Malinowski : Parce qu'on  nous a foutu en taule en Germany (rires).  Les services français avaient prévenu leurs homologues Allemands pour nous stopper à la frontière. J'ai eu un comité de 15 flics pour moi tout seul. Mais le problème est que les douaniers ne savaient pas que nous allions du bon côté, la France a bien pris soin de ne pas leur dire car ils savaient très bien que nous partions. Une fois la chose dite, nous avons pris du bon temps avec les Allemands car ils pensaient tous pareils. J'avoue avoir été agressif durant la fouille, mais ils ont compris ma réaction. Vous partez pour une cause noble et vous terminez en GAV.  

N.T : La France est en guerre sur son sol donc ? Quel comportement les Français doivent adopter aujourd'hui 2 ans après le Bataclan ?  

Pierre Malinowski : J'ai peur qu'Il ne soit trop tard. Comment voulez-vous empêcher un Islamiste de prendre un camion et de foncer sur les gens si il l’a décidé? Et je n'ai aucune confiance dans les services français. Calvar a bien dit qu'il y avait un danger de la part des nationalistes. Faut le faire quand même… C'est vrai que ce sont les Patriotes qui votent FN qui écrasent les gosses avec un camion de 12 tonnes sur les trottoirs.. Je lui tire mon chapeau.  

N.T : Concrètement que voulez-vous faire pour la DNR et plus largement le Donbass ? Vous avez lancé une demande de dons sur Facebook pour donner de l'argent à des écoliers du Donbass. Envisagez-vous d'employer des moyens plus efficaces que des dons pour aider la DNR ? Lesquels ?  

Pierre Malinowski : Oui, je souhaite réunir des dons pour différents projets. J'ai financé différents projets (comme le soldat Russe) avec mes propres deniers mais je n'ai plus la possibilité d'entreprendre d'autres projets si je dois les financier seul. Mais j'ai un autre Français très riche qui souhaite donner. Donc on va partir ensemble en Août pour reconstruire l'orphelinat. Et d'autres choses bien entendu mais je ne peux pas tout divulguer.  

N.T : La République de Donetsk recherche son représentant à Paris. Allez-vous remplir cette mission ? Comment vous allez vous y prendre ?  

Pierre Malinowski : Rien n'est décidé pour le moment. Il faut un projet sérieux et bien encadré. Mais c'est une possibilité.  

Propos récuillis par Olivier Renault pour Novorossia Today

 

Рубрика: 

Dernières publications

Articles les plus lus