Deux fonctionnaires d’Ukraine à Paris entendent l'appel de Novopole pour le Donbass

 
Новости
16 июня
02:08

Deux fonctionnaires d’Ukraine à Paris entendent l'appel de Novopole pour le Donbass

L’information qui vient de tomber est importante, elle ne sera certainement pas relayée par les médias officiels car elle démontre avec éclat que l’Ukraine de Porochenko, le régime de Kiev est fissuré par ce qui se passe sur son territoire. Nous parlons ici évidemment de la sécession qu’ont faite les deux républiques de Lougansk et Donetsk mais aussi des répressions et de la situation politique, économique et sociale de l’Ukraine elle-même. Dans la guerre imaginaire que Kiev dit mener dans le Donbass contre la Russie, les victimes sont essentiellement civiles. Déjà au cours des mobilisations de jeunes citoyens pour intégrer l’armée, nous avions vu des taux de réfractaires et de déserteurs atteignant des scores révélateurs, jusqu’à 60 % des contingents appelés.

Les Ukrainiens ne veulent pas de cette guerre, les insurgés du Donbass ne la voulait pas plus mais n’avaient d’autres choix qu’entre la mort ou la liberté. C’est ainsi qu’un membre de l’Ambassade d’Ukraine à Paris, et un autre membre du service de renseignements dans la même ambassade ont décidé de cesser leur travail et de rentrer chez eux à Lougansk. Ils se disent en total désaccord avec la politique menée par Porochenko et Iatseniouk. Ils ont fait défection et ont rejoint par leurs propres moyens la capitale d’une des deux républiques, Lougansk où ils ont donné une conférence de presse pour expliquer les raisons de leurs actes. Il s’agit de deux frères, Alexeï et Youri Miroshnichenko, ce dernier s’exprimait dans ces termes : « Mon frère et moi nous avons vu ce qui se passait en Ukraine, l’arrivée au pouvoir de certaines personnes. Nous avons décidé de partir et n’ayant nulle part où aller nous avons pris la décision de revenir chez nous à Lougansk […] Nous n’avons été contraint par personne, nous avions pris cette décision volontairement. Nous ne pouvions raisonnablement plus continuer à travailler pour le régime qui est en place en Ukraine. Ce sont tout simplement des traîtres, des fascistes et des agents à la solde d’autres nations, ils mènent notre pays à la ruine ! ».

Les deux hommes déclarent qu’ils ne peuvent continuer à servir Kiev au moment où le régime massacre des gens, tue des civils : « l’extermination ciblée des habitants du Donbass a été l’étincelle pour partir, combien d’enfants sont morts ? Personne ne s’attendait à ce qui arriverait à notre pays, ils appellent cela « une opération anti-terroriste mais il s’agit d’une purification ethnique s’apparentant clairement à un génocide, nous sommes nombreux à penser que c’est inacceptable […] il y a un grand nombre de combattants étrangers qui se battent dans les rangs de l’Armée ukrainienne, la plupart viennent de Pologne, de Lituanie et de la Roumanie, ils se battent la plupart du temps pour de l’argent, très peu d’entre eux pour une idéologie ». L’Ambassade d’Ukraine à Paris et le gouvernement de Kiev sont restés pour l’instant sans réaction suite à cette nouvelle. Il faut également rappeler que l’association Novopole avait appelé à plusieurs reprises les Français à manifester devant l’Ambassade d’Ukraine au 21 avenue de Saxe, notamment pour la toute première le 22 février 2014 (manif contre l’Euromaïdan), puis d’autres suivirent le 21 février dernier et le 2 mai 2015 pour commémorer la mémoire des victimes de l’abominable massacre d’Odessa (2 mai 2014). Quelques dizaines de Français, mais aussi d’Ukrainiens, de Russes, de russophones, de slavophiles s’étaient rassemblées pour crier haut et fort l’indignation de nombreux citoyens contre les horreurs commises par le régime de Kiev. Symboliquement un drapeau de la Novorossia avait été collé sur la plaque de l’Ambassade d’Ukraine par ailleurs barricadée et fermée ces jours-là. Novopole et ses militants ou sympathisants avait démontré que dans un paysage médiatique dominé par les lobbyistes ukrainiens en France, une voix qui dérange pouvait s’élever. Il semble qu’elle ait été entendue par ces deux hommes courageux qui montrent l’exemple à tous les Ukrainiens : aucun pays ne peut vivre dans une dictature qui massacre, exécute et terrorise sa population même au nom « de la Démocratie européenne », nous aurions même tendance dire surtout pas en son nom. C’est hélas ce qui se passe sous nos yeux.

[mom_video type="youtube" id="8PEtIRWT14k" width="650"]

Le choix des Ukrainiens est mince, ils n’ont pour modèle qu’un régime autoritaire qui nettoie et purifie ses rangs ou l’exemple des peuples libres du Donbass qui démontrent qu’en tout temps, à toute heure et en tout lieu, un Peuple est libre de disposer de lui-même et de sa destinée et qu’aucune alliance, aussi puissante soit-elle, même comprenant les Etats-Unis et la coquille vide et creuse de l’Union européenne, ne peut vaincre dans un tel combat. Il y a 40 ans, le monde apprenait stupéfait qu’un petit peuple insignifiant, celui du Viêtnam avait arraché au prix du sang sa liberté. Il y a plus de 200 ans, le plus grand stratège connu de l’histoire militaire dans le Monde, l’Empereur Napoléon niait lui aussi cette règle immuable en envahissant l’Espagne. Six ans plus tard, les débris de ses armées retraversaient les Pyrénées exsangues et vaincus. Jamais une botte, même démocrate ne pourra contraindre un peuple à rester au sol. Il reste des Ukrainiens pour le comprendre et ceux-là donnent un exemple que les politiciens de Bruxelles et d’ailleurs feraient bien de mûrir très sérieusement.

D'après RIA-FAN

Laurent Brayard

Последние публикации

Популярные статьи