L'Allemagne encore dénoncée de vols violents d'enfants en commission des pétitions !

 
Новости
11 ноября
15:28

L'Allemagne encore dénoncée de vols violents d'enfants en commission des pétitions !

Le 10 novembre 2016, des parents de diverses nationalités, dont des Français, des Polonais, des Allemands, des Hollandais …. se sont encore exprimés devant des députés du Parlement européen durant une séance de la commission des pétitions (PETI) du Parlement européen au sujet des actions violentes de l'organisation Jugendamt qui vole les enfants dans des actions et des procédés dignes des périodes les plus sombres et tragiques de l'Histoire allemande. Une juge allemande, représentant l'Allemagne à la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui attaque dans un livre la Russie de Poutine, a aidé l'organisation Jugendamt à mener sa besogne non respectueuse des droits de l'homme. Des représentants du Jugendamt étaient présents dans la salle avec les victimes de l'action du Jugendamt. Les fonctionnaires de l'organisation allemande Jugendamt (Le Jugendamt, même si il a été fondé il y a plus de 100 ans, a été réformé par le régime nazi et use de lois nazies toujours aujourd'hui ) ont dit, « tout est normal avec le Jugendamt ». Les victimes, elles, ont apporté des témoignages effrayants.

Nous avons gardé pour cet article le témoignage de Lionel Gilberti. Mais sur la vidéo du PETI vous pouvez écouter toute la conférence et entendre, par exemple, le témoignage d'un enfant volé par le Jugendamt et les témoignages d'autres victimes. Ici

Lionel Gilberti résume très clairement et très bien la situation de l'Allemagne moderne et les sévices et souffrances, les actes de terreur, que subissent les victimes. Les média cachent encore la vérité de la situation atroce qui a lieu en Allemagne. L'Allemagne continue de retirer, dans l'emploi de la violence, un nombre extrêmement haut d'enfants par jour.

Voici un tableau officiel publié en Allemagne. Il faut y rajouter la nouvelle statistique de 2015 où on apprend que L’Allemagne a retiré 77 645 à des parents vivant en Allemagne en 2015 et importé 42 309  enfants dits réfugiés sur la même année (source).

dwo-ip-inobhutnahme-jb-schutz-jpg

Intervention de Lionel Gilberti en vidéo.

[embed]https://youtu.be/kdZpwlfsSuA[/embed]

Lionel Gilberti, dont les deux enfants ont été volés par le Jugendamt avec l'aide de la police allemande et de la collaboration des autorités françaises, a pris la parole. « Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Eurodéputés, je voudrais, avant toute chose, saluer les dizaines de milliers de victimes du Jugendamt et du Kindeswohl allemand. Je suis venu ici Messieurs et Mesdames les députés pour vous demander deux choses. Premièrement de ne plus sous-estimer le problème très grave du Kinderklau, un problème qui ravage actuellement l'Allemagne et qui s'étend aux autres juridictions, deuxièmement de prendre conscience des risques auxquels nous nous exposons quand nous venons témoigner des mécanismes de la juridiction familiale allemande. Les enjeux politiques, économiques, sont immenses pour l'Allemagne.

Kinderklau est un mot allemand qui signifie vol d'enfants. Le terme Kinderklau n'a pas été inventé. Il suffit de regarder sur Google pour voir des centaines et des centaines de pages, de sites, de vidéos, traitant tous du même sujet, le Jugendamt.

A ce titre, j'aimerais tout de suite prier les interprètes, qui nous aident aujourd'hui, de ne pas traduire dans leur langue certains termes allemands comme Jugendamt, Beistandschaft ou Kindeswohl. Ces termes ont, en effet, une signification très précise, très spécifique, qui n'a pas d'équivalent dans nos juridictions. Les traduire par des termes approximatifs ne peut que donner encore plus de confusions. C'est à mon avis la principale raison pour laquelle les diverses commissions, qui se sont penchées avant nous sur ce problème, ne sont pas parvenues à déchiffrer les fondamentaux du problème.

Il y a eu un document de travail en 2011. Un document de travail que le député Peter Jahr CDU a toujours brandi en disant que le problème du Jugendamt a déjà été résolu.

Au mois de décembre 2011 un article de 4 pages diffamatoires paraît dans le Spiegel contre le CEED une association de défense des parents victimes du Jugendamt. Le 12 janvier 2012, M. Rainer Wieland, ici présent, a insulté publiquement M. Karrer dans cette assemblée en le traitant de criminel. Et les autres parents victimes sont accusés de théoriciens du complot. Aucun député n'a protesté. Fin janvier 2012 des reportages calomnieux sur le CEED sont diffusés dans les grandes chaînes allemandes. A la meilleure heure d'audience l'opinion publique allemande est préparée. De très nombreux contacts du CEED ont peur. Au mois de février 2012, le parquet de Munich convoque le parquet de Milan chez Eurojust à l'invitation d'un magistrat allemand de liaison à la Haye, précisément ce magistrat qui était présent lors des journées Peti à Berlin au mois de novembre 2011. Le procureur italien qui se rend à la Haye est celui qui a exécuté les ordres venus de Munich pour faire condamner Mme Colombo et sa vielle mère de 80 ans à 15 mois de prison. Combien même Mme Colombo a quitté l'Allemagne en pleine possession de ses droits parentaux. Les autorités allemandes ont falsifié les actes et ont émis un mandat d'arrêt préventif contre Mme Colombo. De février 2012 à mai 2012 les parents pétitionnaires sont placés sous surveillance téléphonique en France, en Italie, en Grèce … leurs adresses Internet piratées par le commissaire Obermayer de Munich. En avril 2012 Mme Heinz, une Américaine, dont une fille a été volée à Munich, est arrêtée à Rome. Elle est emprisonnée pendant 1 mois avec son bébé de 3 mois. En juillet 2012, juste après les élections françaises, une série de mandats d'arrêt européens est lancée par le parquet de Munich contre M. Karrer, contre moi-même, contre le docteur Gigou, contre M. Theodor Akis, citoyen grec en Grèce, contre Mme Kalina, citoyenne allemande, arrêtée, emprisonnée en Allemagne puis transférer en Italie alors que l'Allemagne n'extrade pas ses ressortissants. Les appartements des sympathisants en Allemagne, en France, en Italie, sont visités par la police. Les sympathisants sont intimidés, menacés des conséquences pénales si ils maintiennent des contacts avec les membres du CEED. En juillet 2012, M.Karrer est arrêté et emprisonné et extradé . En octobre 2012 M. Gilberti, moi même, est arrêté, emprisonné, puis relâché sous contrôle judiciaire stricte d'un an avant d'être extradé vers Munich. Il perd son emploi. Sa requête contre son extradition a été simplement refusée par le juge unique Angelika Nussberger née à Munich. (Angelika Nussberger est la juge représentant l'Allemagne à la Cour Européenne des Droits de l'Homme depuis janvier 2011). (Angelika Nussberger a aussi écrit un livre contre Poutine « Le Système Poutine », pour attaquer la Russie de Poutine en disant que la Russie n'est pas un Etat de droit, que le Parlement russe n'est qu'une façade de la démocratie, que la liberté d'expression est limitée, que la justice est aux ordres d'une dictature !)

En février 2013, le docteur Gigou est arrêté avec un mandat d'arrêt européen. Le parquet de Munich a fait retirer une ordonnance pénale exécutoire dans un Land allemand pour en créer une artificiellement dans le Land de Bavière rentrant mieux dans le cadre de l'accusation contre le CEED pour association de malfaiteurs. Au mois de juin 2013 M. Karrer est condamné à 4 ans de prison par le tribunal de Milan sans aucune preuve, sans motifs valables pour association de malfaiteurs. Mme Kalina, l'Allemande, qui a été mise à disposition de l'Italie pour créer l'association de malfaiteurs est condamnée à 2 ans et renvoyée en Allemagne pour son procès. 4 ans pour M. Karrer, expulsé, interdit de rentrer en Italie. 2 ans pour Mme Kalina. 15 mois pour Mme Colombo et sa mère. 15 mois pour la mère Polonaise, 1 mois pour Mme Heinz, 20 jours pour moi, des mandats d'arrêt sont suspendus, annulés. Des dizaines de milliers d'euros sont dépensés inutilement. Des frais d'avocat et des coûts importants pour les Etats membres de l'Union européenne. L'absence de perception et de la gravité de nos pétitions de la part du Parlement européen nous a coûté très cher à nous déjà victimes. Mais le plus grave est ceci, nous sommes en possession d'un document sorti par inadvertance par le parquet de Munich. Celui-ci indique que la condamnation du CEED en qualité d'association de malfaiteurs n'est que la première phase du complot, la seconde est encore à venir. Il s'agit de faire extrader une douzaine de membres du CEED vers Munich et de les faire condamner sous la base de décisions italiennes sous la base italienne d'association de malfaiteurs pour atteinte à la sécurité de l'Etat allemand »

A cela il faut informer nos lecteurs que l'Allemagne change les actes de naissance des enfants non allemands sans une décision de justice pour les voler  !

Divers articles sur le sujet pour informer nos lecteurs sur la gravité des vols d'enfants commis par l'Allemagne :

Allemagne : l’Etat vole toujours plus d’enfants dans la violence

Gestapo Einsätze : Wenn das Jugendamt vor der Tür steht-Interview mit Cassandra Pierkes

Allemagne : forte augmentation du vol d’enfants par l’Etat en 2015

Comment l’Etat allemand enlève les enfants à leurs parents

Jugendamt allemand, le débat censuré à Bruxelles (Partie 1)

Une enfant enlevée en Allemagne avant décision de justice (Partie 1)

Une enfant enlevée en Allemagne avant décision de justice (Partie 2)

Olivier Renault

Последние публикации

Популярные статьи